L’intercommunalité en 2017 : un bouleversement sans précédent

0
81

Au même titre que 1992 avec sa loi ATR créant la communauté de communes, 1999 inaugurant les communautés d’agglomérations ou encore 2013 marquant obligation de l’achèvement des périmètres intercommunaux, 2017 sera à marquer d’une pierre blanche.

L’année qui débute marque en effet la dernière en vigueur dans l’application de la réforme intercommunale. Conséquence, de multiples intercommunalités – la grande majorité de celles qui n’ont pas encore franchi le pas – vont devoir se conformer aux schémas départementaux.

A la clé, des périmètres élargis comme jamais auparavant. L’intercommunalité à fiscalité propre est passée en 5 ans à peine de celle de groupements de communes contigus à celle de véritables pays.
Quelques chiffres pour s’en convaincre : la population moyenne d’un EPCI passera de 20 000 habitants en 2003 à plus de 46 000 en 2017.

Et le nombre de communautés chutera de plus de 2000 à environ 1 200 : un traitement drastique et du jamais vu !

Car c’est à un véritable séisme que l’on se prépare même si peu semblent s’en apercevoir : près de la moitié des groupements (45% précisément ) verront leur périmètre évoluer.
Trois, quatre, cinq … certaines vont même jusqu’à fusionner 6 intercos. Parmi elle, citons la nouvelle communauté du Pays Basque. Elle fusionne les agglos de Côte Basque Adour et Sud Pays Basque ainsi qu’une poignée de communautés de communes. Et elle offrira aux élus basques un succédané au département que leur a refusé la réforme territoriale.

158 communes au total formeront cette agglo XXL à partir de 10 communautés.

L’évolution se fera également du côté des statuts. 17 communautés d’agglomération seront issues de la fusion de communautés de communes : Lisieux (14), Issoire (63), Lisle-sur-Tarn (81) … Des communautés d’agglomération deviendront communautés urbaines comme Reims Métropole. Et 7 nouvelles Métropoles feront leur entrée dans le paysage intercommunal : Saint-Etienne, Tours, Dijon, Clermont-Ferrand, Toulon, Orléans et Metz.

De façon soudaine se dessine ainsi le paysage administratif local de la France du 21è siècle.

Reste à savoir le sort réservé aux 36 000 communes françaises face à ce phénomène explosif de l ‘intercommunalité commencé au début des années 90.

Atouts de proximité face à ces mastodontes ou, au contraire, cadres caduques et archaïques voués à la disparition ?

Seul l’avenir le dira.

http://www.communautepaysbasque.org/