Arrivée des élections européennes : une avalanche de listes

0
2815
L'arrivée des élections européennes se précise.

Arrivée des élections européennes : trente-trois listes déposées

L’arrivée des élections européennes a entraîné un record de candidatures. Celles-pouvaient être déposées jusqu’au 3 mai au soir. Maintenant, reste à savoir combien d’entre elles séduiront vraiment les électeurs, le 26 mai prochain.

Plus de listes, moins d’intérêt ?

A trois semaines du prochain scrutin, les sondages réalisés sur les futures intentions de votes n’ont révélé aucune tendance claire. L’arrivée des élections européennes n’entraîne donc aucun pronostic clair. Alors, quelle sera la liste gagnante ? Sur la totalité des personnes sondées, seulement quatre sur dix ont déclaré qu’elles souhaitaient effectivement voter. Cependant, une compétition finale entre La République en Marche (LRM) et le Rassemblement National (RN) semble probable. En tous cas, ces deux partis semblent vouloir convaincre l’opinion publique qu’elle devra trancher entre eux.

Un enjeu décisif pour Emmanuel Macron

A l’évidence, pour les intérêts d’Emmanuel Macron, la liste conduite par Nathalie Loiseau doit l’emporter. Si celle de Jordan Bardella, qui représente le Rassemblement National, s’imposait, le Président aurait ensuite de grosses difficultés à imposer sa politique intérieure. De plus, sa crédibilité vis-à-vis de ses partenaires européens serait clairement amoindrie. De son côté, Marine Le Pen a bien l’intention de reproduire son succès de 2014. En cas de victoire, elle parviendrait alors à imposer le RN comme le « premier parti de France ». En attendant, les récents sondages d’opinion donnent les deux formations comme très proches. Pour chacune d’elles, les intentions de votes oscillent entre 20 et 25 %. Toutefois, une légère avance semble se confirmer pour La République en Marche. Tout en sachant qu’une légère marge d’erreur et un revirement de dernière minute restent toujours possibles.

Un contexte favorable aux deux grands partis

Les élections européennes semblent mettre en avant deux grands partis.
Les élections européennes s’approchent. Elles suscitent un intérêt mitigé.

Dans un contexte où la droite peine à s’affirmer, avec une liste Les Républicains qui plafonne à 14 %, et une gauche qui se montre très divisée, aux alentours des 10 %, le sprint final semble déjà très défini. Ce n’est pas l’apparition de trois listes affiliées aux Gilets jaunes qui risquent de beaucoup modifier cette répartition. On est cependant curieux de voir ce qu’Alliance Jaune, menée par le chanteur Francis Lalanne, récoltera. De même pour Evolution Citoyenne, portée par Christophe Chalençon, et le Mouvement Pour l’Initiative Citoyenne, une liste composée de candidats tirés au sort. Combien de voix ces nouveaux micro-partis populaires parviendront-ils à fédérer ?

Arrivée des élections européennes : quelle participation ? 

Depuis le lancement des toutes premières élections européennes, en 1979, le taux de participation n’a presque jamais cessé de baisser. Alors qu’il atteignait 61 % à ses débuts, il a chuté de 20 % en 2009. L’année 1989, avec ses 53 % de votes, et 2014, avec ses 43 %, ont été les seules exceptions à cette règle décroissante. D’ailleurs, cette tendance a affecté l’ensemble de l’électorat, dans toute l’Union européenne. Pour le moment, les enquêtes menées à ce sujet n’indiquent aucun revirement significatif parmi les futurs votants. Ainsi, malgré l’arrivée des élections européennes, le nombre des votes ne devrait pas s’emballer en 2019. Pour contrer cette passivité, les analystes penchent pour une stratégie radicalement inverse de celle qu’on observe aujourd’hui. A savoir, la création d’une liste unique, qui pourrait provoquer un regain effectif de l’intérêt électoral général. Une option qui reste à vérifier.