Autonomie et emploi des personnes handicapées : quelles améliorations ?

0
112
autonomie-emploi-handicapés

Autonomie et emploi des personnes handicapées : des réformes urgentes à appliquer.

Peu de temps après la XXIe édition de la Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées, un plan de réformes, annoncé par la secrétaire d’État Sophie Cluzel en novembre dernier, est toujours attendu. Son but devrait être de favoriser l’autonomie et l’embauche des personnes concernées, tout en aidant les entreprises à les recruter.

autonomie-emploi-handicapésActuellement, seulement 3,3 % de travailleurs en situation de handicap sont recensés au sein des effectifs des entreprises françaises. Ce qui revient à dire qu’il n’y a qu’un million de personnes handicapées qui bénéficie aujourd’hui d’un emploi. L’année dernière, le taux de chômage enregistré pour cette population a été de 19 %. Par comparaison, il n’est que de 9,5 % pour l’ensemble de la population valide. Le plan de réformes visant à faciliter l’accès à l’emploi des personnes en situation de handicap devrait être présenté par le gouvernement au cours du premier semestre 2018. Afin de déboucher sur une société plus inclusive, pour que les personnes handicapées puissent enfin mener une vie plus équitable et plus « ordinaire », ce plan devra encourager une politique autre que celles des quotas. Ainsi, les mesures prises devront être plus incitatives que répressives, en cas de refus d’embauche. Ce nouveau plan devrait plutôt donner envie aux recruteurs des entreprises ordinaires de changer leur approche du handicap. Grâce à une dynamique et des directives différentes, ces nouvelles dispositions devront notamment s’efforcer de simplifier les procédures administratives actuelles. Pour l’instant, la règle des quotas oblige les entreprises qui comptent plus de 20 salariés à employer 6 % de personnes en situation de handicap. Si elles ne se conforment pas à cette obligation, elles doivent alors verser une contribution au Fond d’insertion privé de l’Agefiph. Cette mesure répressive est encore trop souvent acceptée par de nombreuses entreprises, qui préfèrent payer plutôt qu’embaucher. En permettant aux personnes en situation de handicap d’accéder à des études supérieures, et à bénéficier d’un accompagnement de type « job-coach », qui a déjà fait ses preuves à l’étranger, le réflexe du recrutement devrait être efficacement encouragé.

Pour un complément d’informations, consulter le site : https://www.agefiph.fr