Baisse des impôts : un cap qui devrait être maintenu

0
2540
Une prochaine baisse des impôts est attendue.
Une baisse des impôts devrait être appliquée dès 2020.

Baisse des impôts : une très large mesure prévue 

L’année prochaine, une baisse d’impôts sera bien appliquée en France, à près de 95 % des contribuables. Cette mesure a été récemment confirmée par Gérald Darmanin, ministre des Comptes publics, lors d’une interview publiée dans Le Parisien. Cette baisse touchera donc tous les secteurs d’activité et toutes les classes sociales.

En faveur des classes moyennes

Globalement, cette baisse des impôts de cinq milliards d’euros devrait représenter une économie de 300 euros par foyer. Celle-ci sera encore plus favorable aux classes moyennes, qui seront les plus bénéficiaires. Ainsi, les revenus les plus élevés ne profiteront pas de cette mesure fiscale. D’ailleurs, pour l’expliquer, Gérald Darmanin n’a pas hésité à citer sa situation en exemple. A ce titre, il a déclaré : « Un ministre comme moi, qui gagne 8.000 euros par mois, n’a pas vocation à bénéficier de cette baisse. » Prochainement, l’exécutif débattra de ce cadeau fiscal. Ces discussions auront lieu dans le cadre du projet de loi de finances. Son application est prévue dès janvier 2020. Bientôt, un nouveau calcul du taux de prélèvement devrait être mis en place par la direction générale des Finances publiques. Ensuite, les contribuables devraient être prélevés automatiquement, sans intervention de leur part.

Un déficit contrôlé

L’impôt sur le revenu rapporte chaque année à l’Etat près de 75 milliards d’euros. Actuellement, cet impôt concerne 16,8 millions de foyers fiscaux. Soit, avec un total de 38,3 millions de contribuables, moins de la moitié. Plusieurs aménagements ciblés devraient financer la baisse de cinq millards d’euros d’impôt, accordée par Emmanuel Macron. Notamment, la réduction de certaines niches fiscales, dont bénéficiaient jusqu’à présent les entreprises. Ce nouveau dispositif devrait permettre de compenser partiellement la somme octroyée par le Gouvernement.

Des réformes compensatoires

Une baisse des impôts devrait profiter au pouvoir d'achat.
Emmanuel Macron devrait appliquer la baisse d’impôts qu’il a promise.

Pour ne pas majorer la dette publique, plusieurs réformes joueront un rôle compensatoire. Parmi elles, « […] celles de la Fonction publique, de l’assurance chômage et de l’audiovisuel public […]. » En parallèle, plusieurs mesures incitant à allonger la durée du travail permettront également de ne pas alourdir la dette française. En appliquant l’ensemble de ces moyens, Gérald Darmanin a assuré que le pays parviendra à rester « […] autour de 2 % de déficit l’année prochaine, comme prévu. » Ainsi, avec des réformes adaptées, malgré la baisse d’impôt sur le revenu pour près de 95 % des foyers fiscaux, la santé économique du pays restera stable. Globalement, ces nouvelles dispositions favoriseront le pouvoir d’achat. En moyenne, les ménages bénéficieront d’une augmentation de 180 à 350 € par an.

Remplacement de la taxe carbone

Le ministre a aussi évoqué la possibilité de remplacer la hausse de la taxe carbone. Rappelons que le Gouvernement l’a abandonnée pour satisfaire les revendications des Gilets jaunes. Gérald Darmanin a suggéré d’autres pistes, basées sur des données quantitatives. Par exemple, la possibilité de moduler la taxe sur les ordures ménagères, en fonction de la masse de déchets produits. Cette initiative permettrait aussi d’alimenter les caisses de l’Etat, en rééquilibrant en partie la baisse des impôts.