Barcelone doit choisir : tourisme ou développement durable

0
416

Barcelone a longtemps été et le reste encore aujourd’hui une destination touristique de choix. Aujourd’hui, la deuxième plus grande ville d’Espagne s’interroge sur son avenir durable et souhaite revoir son engagement en faveur du tourisme.

Plus de 30 millions de touristes visitent chaque année la ville de Barcelone qui compte 1,6 millions d’habitants. Barcelone vient de décider de modifier la façon dont elle gère l’afflux de ses visiteurs. Elle a fait le choix du développement durable en faveur de la population plus tôt qu’en faveur des touristes. Ainsi le conseil municipal  de Barcelone a décidé d’approuver l’interdiction de tous les nouveaux hôtels, auberges et autres hébergements réservés aux touristes dans le centre-ville. Des décisions ont donc été prises à Barcelone avec la mise en œuvre d’un plan stratégique sur le tourisme afin de réguler tous les aspects reliés à ce secteur d’activité. Ce plan devra donc gérer aussi bien les conditions de travail de la main d’œuvre que la façon dont les touristes vont utiliser l’espace  public.  Les taxes sur les appartements réservés aux touristes vont augmenter ainsi que le tarif de certaines attractions. Le nombre important de visiteurs a déjà causé une envolée du prix des logements et Barcelonais sont parfois contraints de quitter les quartiers centraux. L’amélioration de la mobilité dans les rues est un élément important de ce plan qui prévoit la piétonisation de certaines voies et la transformation d’espaces de stationnement en terrasses de restaurant. Toutes ces transformations s’inscrivent dans une démarche de développement durable visant au bien être des habitants de Barcelone. Le tourisme crée à lui seul 14% des emplois à Barcelone mais la mairie redoute que ce même tourisme de masse précipite l’exode des habitants. Il est donc nécessaire, selon la ville de Barcelone, de contrôler le tourisme afin d’éviter d’avoir demain une ville composée uniquement d’auberges et d’appartements réservés aux touristes ainsi que des quartiers déserts ; une ville victime du tourisme.[one_fourth last=”yes” spacing=”yes” center_content=”no” hide_on_mobile=”no” background_color=”” background_image=”” background_repeat=”no-repeat” background_position=”left top” hover_type=”none” link=”” border_position=”all” border_size=”0px” border_color=”” border_style=”” padding=”” margin_top=”” margin_bottom=”” animation_type=”” animation_direction=”” animation_speed=”0.1″ animation_offset=”” class=”” id=””][/one_fourth]