Beaujolais nouveau : un petit vin de fête

Verre de Beaujolais devant une ardoise

Cette année, le Beaujolais nouveau se dégustera le jeudi 15 novembre. Comme le veut la tradition, son arrivée dans les bars et les restaurants de France se fait le troisième jeudi du mois. La consommation de ce vin primeur sera l’occasion d’une dégustation très festive. La plupart du temps entre amis. Même si cette coutume a tendance à s’affaiblir depuis les 10 dernières années, elle réunira sans doute encore de nombreux amateurs.

Des millions de bouteilles

Ce vin est un symbole fort de la tradition française du bien boire et du bien manger. D’ailleurs, il est généralement accompagné de charcuterie quand on le déguste. Cette année, plus de 30 millions de bouteilles seront mises en vente dans l’Hexagone et à l’étranger. En effet, plus de la moitié de la production est destinée à d’autres pays. Traditionnellement, elle est très attendue en Amérique et au Japon. Au pays du Soleil-Levant, cette boisson est célébrée de façon nettement plus enthousiaste que chez nous. Contrairement aux Japonais, rares sont les Français qui vont jusqu’à prendre des bains avec, alors que c’est une pratique courante à Tokyo !

Au fait, pourquoi « nouveau » ?

Verre de vin

Du Beaujolais versé dans un verre

Le Beaujolais nouveau est un vin qui ne macère que quatre jours. Cette particularité lui donne son arôme si particulier, très fruité. Cette élaboration plus courte que d’autres vins lui vaut l’appellation de « nouveau ». Autre caractéristique, il contient peu de tanin. Par ailleurs, il ne peut pas se conserver longtemps. Par conséquent, il doit être bu rapidement. Produit dans environ une centaine de communes françaises, situées au nord du Rhône et au sud de la Saône-et-Loire, le Beaujolais a sa capitale. Il s’agit de la commune de Beaujeu, dont il tire son nom. Son cépage est surtout constitué de Gamay noir. Néanmoins, l’ajout d’autres raisins est autorisé dans sa composition.

Un moment convivial

Fidèle à ses habitudes, l’arrivée du Beaujolais nouveau sera une fois de plus l’occasion de donner de nombreuses fêtes. D’abord dans sa région de production, où il est traité avec les honneurs, mais aussi dans tous les bars de France. Au-delà d’une opération commerciale évidente, dénoncée par certains, cette célébration sera sans doute prétexte à des réjouissances durant plusieurs jours. Ainsi, il fera le bonheur des restaurateurs, mais aussi de leurs clients. Comme le veut la tradition, il provoquera sans doute de nombreux avis et commentaires, plus ou loins éclairés, sur sa nouvelle cuvée. Vendu à partir de trois euros la bouteille, ce petit vin précoce, sans prétention, à boire sans attendre, va de nouveau faire parler de lui !

Le Bulletin des Communes vous suggère également de lire cet article généraliste sur le Beaujolais nouveau : https://www.linternaute.com/sortir/guide-des-loisirs/1246931-beaujolais-nouveau-2018-a-quelle-date-et-ou-deguster-le-vin-primeur/