Compteurs Linky : dangereux ou pas pour la santé ?

0
511
compteurs-linky-dangereux

Compteurs Linky : un déploiement qui divise.

Les boîtiers verts Linky de la société Enedis sont posés environ au nombre de 30.000 exemplaires chaque jour. Leur installation devrait atteindre les 35 millions d’ici 2021. Pourtant, ils sont au centre d’un vif débat, animé par la problématique de leur impact possible sur la santé.

compteurs-linky-dangereuxPour Enedis, ils sont nettement plus fiables que les anciens compteurs électriques. À l’inverse, ils sont jugés dangereux par une association comme Robin des Toits. En cause, le risque sanitaire important qu’ils pourraient faire courir aux personnes très sensibles aux ondes électromagnétiques.

L’association Next-Up, qui défend l’environnement, renforce le mouvement d’opposition à ces boîtiers en accusant le Linky de présenter des risques d’incendies potentiels. Par ailleurs, il pourrait générer des pannes d’appareils électriques, et causer des dérèglements dans les systèmes de contrôle domotique.

De son côté, Enedis rétorque que son boîtier permet de facturer ses clients en effectuant des relevés à distance, sans nécessiter le déplacement d’un technicien et sans faire d’erreur.

ERDF, filiale de distribution d’EDF, s’oppose systématiquement aux critiques adressées à l’encontre du Linky. Concernant ses ondes électromagnétiques, l’installateur rétorque que le courant nécessaire au fonctionnement du boîtier s’arrête au niveau du compteur. Or celui-ci : […] ne communique que quelques secondes avec son concentrateur, qui recueille les données, seulement entre minuit et 6 heures du matin. »

Par rapport à des dysfonctionnements possibles, qui affecteraient la domotique dans les habitations, ERDF affirme, sûre d’elle : « Sur les 300.000 compteurs Linky qui fonctionnent depuis 5 ans, on n’a eu aucun problème avec la domotique. »

Toujours est-il que ce lundi 9 avril, Corinne Lepage, avocate et ancienne ministre de l’Écologie, a annoncé qu’elle lançait un recours en référé qui exige l’arrêt des installations des compteurs Linky. Le motif de cette action juridique est constitué par des dangers possibles pour la santé.

Corinne Lepage souhaite ainsi sensibiliser sur cette question la ministre de la Santé Agnès Buzyn, et celui de l’Écologie, Nicolas Hulot.

Lancée comme un ultimatum adressé au Gouvernement, cette action exige une réaction rapide, afin que le déploiement du compteur Linky soit stoppé. Sans réaction officielle d’ici deux mois, le recours en référé se transformera en recours collectif de divers avocats, lancé : « […] contre l’État au tribunal administratif, au nom des maires et des citoyens opposés à Linky. »

Au nom du principe de précaution, Corinne Lepage a exigé que des études scientifiques soient effectuées, pour évaluer les effets réels de ces compteurs sur la santé. Cela permettra notamment de mesurer l’éventuelle nuisance qu’ils pourraient causer chez des personnes sujettes à une hypersensibilité aux ondes électromagnétiques. Cette mesure est toutefois difficile à établir avec précision.