Catastrophe de Lubrizol : une information judiciaire contre X

0
5258
Les conséquences sanitaires de la catastrophe de l'usine Lubrizol sont toujours redoutées.

Catastrophe de Lubrizol : de nombreuses questions en suspens

Après la catastrophe de Lubrizol, le Parquet de Paris a annoncé ce mardi 29 octobre l’ouverture d’une information judiciaire contre X. Trois juges d’instruction parisiens vont mener une enquête. Ils vont chercher à savoir ce qui a déclenché un incendie dans cette usine classée Seveso, qui contenait de dangereux produits chimiques. 

Trois magistrats nommés

Une enquête, judiciaire et sanitaire, sur l’incendie qui a eu lieu le 26 septembre dans l’usine chimique Lubrizol de Rouen va donc commencer. Elle sera menée par trois juges d’instruction. Ces trois magistrats appartiennent au pôle Santé publique du Tribunal de Paris. Ils vont tenter de répondre à différentes questions qui constituent le coeur de cette information judiciaire. Les chefs d’accusation cités sont notamment la « destruction involontaire », due à la « violation manifestement délibérée d’une obligation de sécurité ». Par ailleurs, la catastrophe de Lubrizol a entraîné une « mise en danger de la vie d’autrui ». Enfin, ces magistrats devront instruire des « blessures involontaires ayant entraîné une incapacité inférieure ou égale à 3 mois par manquement délibéré à une obligation de prudence ». Ainsi, ils devront déterminer les éventuelles indemnisations à verser aux victimes.

Des inquiétudes persistantes

Après la catastrophe de Lubrizol, un comité de soutien s'est constitué.
La catastrophe de Lubrizol à Rouen continue de susciter beaucoup d’inquiétudes.

Un peu plus d’un mois après la catastrophe de Lubrizol à Rouen, les conséquences possibles de cet énorme incendie continuent de susciter des inquiétudes persistantes. Pour preuve, samedi dernier, environ 500 personnes se sont rassemblées dans l’après-midi. Elles sont restées devant le Palais de Justice de Rouen. Cette manifestation était organisée par un collectif unitaire. Elle avait pour but d’exprimer toute l’inquiétude qui demeure concernant les conséquences pour la santé, dues à l’atmosphère de la ville. De fait, les slogans écrits sur les pancartes des manifestants exprimaient des craintes précises. Par exemple, « Notre passé sent Lubrizol, notre avenir sent le cancer ». Ou encore, « Avec Lubrizol, on meurt un peu, mais pas trop ». Parmi ces manifestants, des élus écologistes, représentant EELV, et des élus PS étaient venus apporter leur soutien.

Des dédommagements prévus

Pour l‘instant, la société Lubrizol ne s’est engagée sur aucun montant d’indemnisation précis. Néanmoins, après les remous considérables et légitimes causés par la catastrophe de Lubrizol, Edouard Philippe a témoigné sa satisfaction. En effet, il a déclaré « […] plus important encore que d’avoir un montant, ils se sont engagés à dédommager le moindre dommage. ». Pour préciser sa position, le Premier ministre a affirmé « […] tous ceux qui sont dans les zones concernées […] s’ils ont établi qu’ils ont subi un dommage, nous voulons qu’ils soient indemnisés, et ils le seront. » Evidemment, les prochaines actions concrètes seront déterminées par les résultats de l’enquête en cours. Pour le moment, elle a juste conclu que l’entreprise Normandie Logistique, voisine de Lubrizol, avait commis « plusieurs infractions pénales ». Mais sans préciser leur nature.