CDG Express : un projet de ligne ferroviaire maintenu par Élisabeth Borne

0
647
La ligne CDG Express est prévue pour les JO de 2024 à Paris. Cependant, ce projet est contesté par de nombreux élus.
La ligne CDG Express est prévue pour les JO de 2024 à Paris.

CDG Express : son contrat sera bientôt signé

Élisabeth Borne, ministre des Transports, défend fermement le projet de la future ligne CDG Express. En effet, la ministre s’oppose à sa remise en cause, pourtant formulée par de nombreux élus parisiens. Dernièrement, Elisabeth Borne a réaffirmé que la liaison CDG Express sera maintenue. D’ailleurs, son contrat de concession devrait bientôt être signé.

Une ministre décidée

Le CDG Express est une ligne ferroviaire directe qui doit relier l’aéroport de Roissy à la Gare de l’Est, à Paris. Or, ce projet est sérieusement contesté par une partie de la population des villes concernées, qui redoutent ses travaux. Par ailleurs, une centaine d’élus de la région Île-de-France ont récemment envoyé une lettre au Préfet. Celle-ci réclamait l’annulation de la construction de la ligne CDG Express. Néanmoins, lors d’une interview accordée au Parisien, Élisabeth Borne a déclaré qu’elle maintenait le projet du CDG Express. Elle a même précisé : « le contrat de concession sera signé dans les prochains jours. C’est indispensable pour pouvoir donner le coup d’envoi des travaux sans perdre de temps. » En effet, cette nouvelle ligne devrait être opérationnelle pour les futurs JO de Paris, en 2024.

Conséquences sur le RER B

La ministre des Transports maintient le projet de ligne directe CDG Express.
Elisabeth Borne, minitre des Transports.

Concernant notamment d’éventuelles répercussions sur le trafic du RER B, Élisabeth Borne a tenu à rassurer les citoyens et les élus. De nouveau, elle a affirmé que les travaux de la ligne du CDG Express ne se feront pas : « […] au détriment des transports du quotidien […] ». Malgré sa déclaration, les débats concernant cette liaison vont sans doute continuer.

Une vive opposition

La position ferme d’Élisabeth Borne est loin de faire l’unanimité parmi les élus. Notamment Stéphane Troussel, président PS du département de Seine-Saint-Denis. Il n’a pas hésité, en effet, à dénoncer dans les propos de la ministre des Transports un « simulacre de concertation ». Le président a même parlé de « chantage », suite à ses déclarations. Sa position est confortée par de nombreuses autres critiques, qui se font entendre actuellement en Ile-de-France. Ce mardi, Stéphane Troussel a déclaré dans le Parisien : «  […] Il y a eu deux ou trois réunions organisées à la va-vite, et l’ensemble des élus concernés n’ont pas été auditionnés. Le Gouvernement ne peut pas, d’un côté, amuser la galerie avec le Grand Débat, et de l’autre, sur des sujets aussi importants pour la vie quotidienne de nos concitoyens, dire : Tout est déjà joué. Circulez, y’a rien à voir. »