Chasse aux faux taxis : des mesures prises à Roissy-Charles-de-Gaulle

0
224
Debut De La Chasse Aux Faux Taxis

Chasse aux faux taxis : un dispositif en faveur des touristes

 

Homme adosse a une voiture, devant un emplacement "taxi"

Ce mercredi, l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle a commencé la chasse aux faux taxis. Michel Delpuech, préfet de police de Paris, a expliqué qu’elle faisait partie du dispositif « Taxi Officiel Aéroport ». Le préfet a décrit cette mesure comme « […] un enjeu d’ordre public ». Principalement, elle doit empêcher le racolage des faux taxis. Ce dispositif améliorera l’accueil des passagers. Donc des touristes étrangers et français.

Un assainissement utile

Un protocole a validé cette chasse aux faux taxis. La préfecture de police l’a signé avec Augustin de Romanet, PDG du groupe ADP. De plus, trois syndicats représentant la commission des taxis y participent. Ainsi, l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle implante un programme, baptisé « Taxi Officiel Aéroport ». Structuré, il va employer une quarantaine de chauffeurs de taxis. Ils sont officiellement rattachés à l’aéroport. Habillés d’une tenue bleue numérotée, la clientèle peut facilement les identifier. Très accessibles, ils sont en service de 5h à 23h. Il faut rappeler que l’importance de l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle le classe deuxième aéroport européen.

Un accueil amélioré

Signal lumineux "taxi" place sur le toit d'une voiture
Un taxi officiel de Roissy

Pour la réputation du pays, les taxis jouent un rôle stratégique. De fait, ils sont en première ligne pour accueillir les touristes. Nécessaire, la chasse aux faux taxis va améliorer l’image que les visiteurs internationaux ont de la France. Par ailleurs, cet effort mené contre le racolage illégal aura aussi un impact économique. De plus, il permettra de lutter contre les informations négatives diffusées sur Internet, montrant des escroqueries de faux taxis parisiens. Protéger les professionnels légaux permet à l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle de garantir un tarif fixe entre Paris et Roissy. Celui-ci est d’une cinquantaine d’euros.

Une situation dégradée

A ce jour, les chauffeurs de taxis parisiens sont satisfaits par ce dispositif. En effet, leurs conditions de travail commençaient à beaucoup se dégrader. Par conséquent, il fallait vite réagir. Devant l’aéroport, ces professionnels devaient souvent faire face à des menaces des chauffeurs illégaux. Parfois, des altercations avaient même lieu. Pour cette raison, les taxis professionnels réclament maintenant la présence de policiers. Cela, afin de les aider en cas de dérapages. Pour ces taxis officiels, la chasse aux faux taxis est un réel progrès. Cette année, la préfecture de police a enregistré une nette augmentation des incidents. A Roissy, depuis janvier 2018, elle a dressé 918 procès verbaux contre des faux taxis. A la même date, en 2016, il y en avait seulement 243.