Chiens guides : des refus totalement injustifiés

Femme aveugle avec son chien guide

Les chiens guides, si précieux pour leurs maîtres aveugles, sont parfois mal reçus dans l’espace public. En France, l’année dernière, ces animaux dévoués ont été au centre de près de 90 incidents. En effet, des conducteurs de bus ou des chauffeurs de taxis ont refusé de les prendre à bord. Pourtant, la loi autorise ces chiens à aller dans tous les lieux publics.

Une législation encore méconnue

Les personnes malvoyantes ou atteintes de cécité sont parfois confrontées à des situations très gênantes, totalement injustifiées. En effet, il peut arriver qu’on leur refuse l’accès d’un supermarché ou d’un cinéma, à cause de leur chien guide. Ainsi, cette situation, causée par des vigiles trop zélés, les empêche de faire leurs courses ou de profiter d’un film. Le plus souvent, le personnel de sécurité concerné justifie son attitude par les risques de morsures, ou le respect de l’hygiène publique. Or, au niveau légal, refuser l’entrée à ces chiens accompagnants est interdit.

Des chiens plus qu’utiles

Aujourd’hui, de très nombreux chiens dressés aident des personnes non-voyantes à se déplacer. Cette assistance permet à ces personnes d’éviter des obstacles. De plus, cette aide leur épargne aussi des accidents quand elles traversent une rue. Par ailleurs, elle facilite leurs déplacements dans le métro. Parfois, ces chiens guides sont aussi d’un grand secours pour des mères de famille handicapées qui ne peuvent pas bien surveiller leurs enfants. Confrontées à ces difficultés, les personnes malvoyantes demandent juste qu’on laisse leurs chiens tranquilles, pour qu’elles puissent aller partout, comme tout le monde.

Des refus stressants

Chien guide pour aveugle

les chiens guide, une aide précieuse pour les personnes non-voyantes

L’année dernière, les interdictions subies par des personnes accompagnées d’un chien guide ont surtout eu lieu dans des restaurants. Ensuite, viennent les transports, ou encore des locaux administratifs. Le plus incompréhensible a été celui d’un commissariat. L’un d’entre eux a refusé qu’une personne non-voyante dépose plainte, alors qu’elle et son chien avaient été rejetés d’un bar. Dans certains cas, les personnes qui interdisent l’accès s’excusent ensuite. Néanmoins, cet incident est toujours vécu comme un stress. Surtout quand il est totalement imprévisible. Parfois, cela peut atteindre des sommets d’absurdité. Notamment dans des cabinets médicaux. En effet, on a déjà refusé de laisser entrer des personnes malvoyantes et leurs chiens chez des ophtalmologues !

Un rappel de la loi

Pour ceux qui l’ignorerait encore, la libre circulation des chiens guides et de leurs maîtres est encadrée en France par l’article 54 de la loi n° 2005-102. Cette législation date du 11 février 2005. Ce texte précise que : « L’accès aux transports, aux lieux ouverts au public, ainsi qu’à ceux permettant une activité professionnelle, formatrice ou éducative, est autorisé aux chiens guides d’aveugle ou d’assistance accompagnant les personnes titulaires de la carte d’invalidité […]. » Par ailleurs, ce même texte spécifie que : « La présence du chien guide d’aveugle ou d’assistance aux côtés de la personne handicapée ne doit pas entraîner de facturation supplémentaire […].»

  • Le Bulletin des Communes suggère aussi de lire l’article publié sur le site SantéVet