Couverture de la fibre optique française : un développement en cours

0
158
fibre-optique-couverture

Couverture de la fibre optique : une progression constante.

 

la couverture de la fibre optique en cours de développement

Selon l’observatoire de l’ARCEP, la haute Autorité de Régulation des Communications Électroniques et des Postes, en date du 31 mars 2018, un peu moins de 11 millions de logements étaient éligibles à la fibre optique, dite « jusqu’au domicile », autrement appelée « réseau FTTH ».

Ce résultat représente, étalé sur un trimestre, une progression appréciable de près de 600.000 logements supplémentaires qui ont été reliés à un réseau au moyen de la fibre optique.

Par ailleurs, à ce jour, plus de 9 millions de foyers sont raccordés au réseau câblé de SFR-Altice.

Toujours d’après l’ARCEP, la fibre optique est actuellement proposée, commercialement parlant, chez au moins un fournisseur d’accès à Internet dans 3.350 communes françaises. Cette offre représente 9,47 % des 35.357 communes existant en France.

Grâce aux efforts soutenus réalisés par les Réseaux d’Initiative Publique (RIP), avec notamment des sociétés comme Axione, Covage-Tutor, TDF et Altitude Infrastructures, la couverture de la fibre optique porte également sur 1.2 million de foyers installés dans des zones moins denses.

Ce déploiement spécifique a pu être effectué, à la demande des collectivités locales, grâce à des fournisseurs d’accès alternatifs. Par exemple, des sociétés telles que Wibox, K-Net, Coriolis, Ozone, Vitis, ou encore Nordnet.

Au terme du premier trimestre 2018, l’ARCEP a dénombré 10.9 millions de prises FTTH, accessibles dans au moins un local équipé de la fibre optique, déployées dans 3.350 communes françaises. Parmi elles, 27 sont situées dans les départements d’Outre-Mer (DOM).

Dans les zones considérées comme très denses, soit 106 communes, cette couverture de la fibre optique a été déployée par les quatre opérateurs privés les plus connus : Orange, SFR, Free et Bouygues Télécom.

Dans les zones qualifiées de moyennement denses (ou zones AMII), ce déploiement a été réalisé grâce à des fonds propres, ou a été financé sous forme de co-investissement.

Dans les zones définies par l’appellation « à faible densité », dites « blanches », la fibre optique est déployée par des opérateurs qui travaillent à la demande des collectivités locales.

Ces sociétés, autrement appelées Réseaux d’Initiative Publique, ou RIP, sont au nombre d’une soixantaine. Elles sont principalement gérées, en analysant leur travail par régions, par Orange, pour la Bretagne, l’Auvergne, la Vendée, la Mayenne, le Gers, la Loire-Atlantique et la Gironde.

Concernant l’opérateur SFR, celui-ci travaille essentiellement dans l’Oise, l’Eure-et-Loir, l’Isère, le Loiret et le Val de Marne.

La société Altitude Infrastructures est surtout présente en Alsace, le Doubs, dans la Manche et les Pyrénées Orientales.

La société Axione est principalement active en Ardèche, dans la Drôme, l’Aisne, la Nièvre, le Vaucluse et le Nord-Pas-de-Calais

La société Covage travaille essentiellement dans les Hauts de Seine, le Calvados et la Somme.

Enfin, l’opérateur d’infrastructures TDF se consacre surtout aux Yvelines, au Val-d’Oise, à l’Indre-et-Loire et au Loir-et-Cher.

Pour en savoir plus sur la couverture de la fibre optique et l’actualité de l’ARCEP, consultez leur site en ligne