Demande de l’ARCEP : une accélération serait souhaitable

0
134
Sebastien Soriano Le President De Larcep

Demande de l’ARCEP : un effort supplémentaire

Sebastien Soriano, President de l'ARCEP.

La demande de l’ARCEP, faite aux opérateurs de Télécoms, est de poursuivre leurs efforts en matière de réseau Très Haut Débit. Cette attente est précisée dans son dernier bilan trimestriel. Pour le Régulateur, il faudrait même accélérer la cadence des chantiers. Cela permettra aux opérateurs de respecter les délais qu’ils ont acceptés. Ainsi, le déploiement d’un réseau complet de fibre optique sera assuré sur tout le territoire.

Ne pas faiblir

Le Régulateur des Télécoms, dirigé par Sébastien Soriano, a donc incité les opérateurs à se mobiliser davantage. Ils doivent y parvenir, pour réussir à tenir leurs engagements de couverture. Cette demande de l’ARCEP répond à l’attente des Français. En effet, ils veulent tous être reliés par fibre numérique au réseau des Télécoms. Ce, le plus vite  possible. Ainsi, l’ARCEP maintient une pression constante sur ce secteur. De cette manière, le Régulateur veille à ce qu’un maximum de Français bénéficie d’une connection directe jusqu’à leur domicile (dite « FTTH »).

Des résultats déjà appréciables

Sigle de l'ARCEP

Selon le Régulateur des Télécoms, le nombre des abonnements à la fibre optique est déjà considérable dans le pays. En effet, « […] le nombre d’accès en fibre optique […] a crû de 50 % en un an. » En date du 30 septembre 2018, ce nombre de connections à la fibre optique finalisées atteignait les 4,3 millions de lignes. Ce qui représente un déploiement de 1,4 million réalisé en un an. L’institution salue donc les efforts fournis, et observe que les installations se poursuivent. Cependant, à la demande de l’ARCEP, celles-ci doivent « s’accélérer davantage ». L’ARCEP constate que « Sur les quatre derniers trimestres, 2,98 millions de locaux supplémentaires ont été rendus raccordables au FTTH, dont 752.000 au troisième trimestre 2018. » Au 30 septembre 2018, « […] 12.5 millions de locaux étaient éligibles aux offres FttH ». Vu globalement, sur une année, ce total constitue une hausse de 31 %.

Orange et SFR peuvent mieux faire

La demande de l’ARCEP, visant une accélération nécessaire des chantiers en cours, concerne plus particulièrement Orange et SFR. Actuellement, ces deux opérateurs déploient surtout la fibre dans les villes moyennes et les zones moyennement denses. L’ARCEP observe : « À la fin du troisième trimestre 2018, 43 % des locaux des communes sur lesquelles Orange s’est engagé […] ont été rendus raccordables. » Le Régulateur constate aussi que, concernant SFR, « […] 29 % des communes sur lesquelles SFR s’est engagé ont été rendus raccordables. » Désormais, pour que les deux groupes respectent les objectifs qu’ils sont tenus de respecter, ils doivent amplifier le rythme de leurs déploiements.