Dépenses sociales en faveur du handicap : aucune baisse

0
424

Dépenses sociales en faveur du handicap : des aides maintenues

Si la baisse des dépenses sociales des départements se confirme, elle n’a pas atteint les aides globales en faveur des personnes handicapées. D’ailleurs, celles-ci ont même légèrement progressé. Cette hausse est révélée par une étude réalisée par la Direction de la Recherche, des Etudes, de l’Evaluation et des Statistiques, la DRESS. Cette analyse vient d’être rendue publique, ce 14 février 2019. Actuellement, les budgets accordés à l’aide à la vie à domicile représentent 69 % des montants attribués. En revanche, ils ne sont que de 31 % pour la vie menée en établissements.

Des dépenses en hausse

Au cours de l’année 2017, les dépenses attribuées aux aides sociales des Conseils départementaux se sont élevées à 37,5 milliards d’euros. Cela indique une légère hausse. Celle-ci a été de 0,4 %, en euros constants, par rapport à 2016. Depuis 2013, elle a progressé de 8,6 %. L’enveloppe prioritaire de ces dépenses a été consacrée au Revenu de Solidarité Active (RSA). En effet, elle a atteint le pourcentage de 31 %. De son côté, l’aide sociale à l’enfance a représenté 7,7 milliards d’euros. Soit 21 %. Une proportion absolument égale à celle accordée aux personnes handicapées. Ce budget est légèrement supérieur à celui consacré aux personnes âgées, qui lui n’a été que de 7,3 milliards d’euros.

Des aides variables

visuel pour illustrer le point sur la hausse des dépenses sociales en faveur du handicap
Les aides accordées aux personnes handicapées ont été maintenues.

En 2017, les dépenses qui privilégient l’aide à l’hébergement, ou l’accueil de jour, ont représenté 5,7 milliards d’euros. Néanmoins, les montants accordés en faveur de l’accueil à domicile ont été supérieurs. En effet, ce type d’accueil a représenté près de 70 % des dépenses brutes globales. Réparti sur les dernières années, cela constitue une augmentation appréciable. Ainsi, celle-ci a été de plus de 12,5 % depuis 2013. Toutefois, on observe que cette hausse a été inférieure au nombre des bénéficiaires des allocations correspondantes. De fait, ce nombre s’élève aujourd’hui à 18 %.

Un accroissement modéré

Toujours pour l’année 2017, les dépenses liées à la Prestation de Compensation du Handicap (PCH), cumulées avec l’Allocation Compensatrice pour Tierce Personne (ACTP), représentent 2,3 milliards d’euros. Par conséquent, entre 2016 et 2017, elles ont augmenté de plus de  2 %. De leur côté, les dépenses consacrées à l’aide à l’hébergement ou à l’accueil de jour ont représenté un total de 5,7 milliards d’euros en 2017. Soit un accroissement de 1,4 % en un an, et de 8,8 % sur cinq ans.