Des acronymes différents pour un même accès à Internet.

Vincent Carrière, Directeur Général de la société Xilan, un opérateur d’accès Internet, explique pourquoi le déploiement de la fibre optique n’est pas le seul moyen d’équiper les territoires français en Très Haut Débit. En effet, la technologie LTE fixe présente elle aussi des avantages indéniables, notamment pour les zones rurales, souvent moins faciles d’accès.

Monsieur Carrière, pouvez-vous nous présenter l’activité de votre société ?

Vincent Carrière : Xilan est un opérateur alternatif, spécialiste des technologies radio, qui fournit un accès Internet dans des zones principalement rurales, où l’accès ADSL présente des débits déficients. C’est à dire allant seulement de 1 à 2 Mégabits maximum. Nous proposons donc aux collectivités territoriales de leur fournir une infrastructure radio. En prenant le Très Haut Débit là où il se trouve, nous l’amenons par faisceau hertzien, et nous fournissons à une zone donnée une couverture radio, en passant au-dessus des habitations.

L’ARCEP a récemment publié une recommandation en faveur de l’usage d’une bande de fréquence spécifique pour aménager le numérique. Qu’en pensez-vous ?

Nous accueillons très favorablement cette initiative de l’ARCEP, car pour tenir le pari du Très Haut Débit installé d’ici 2022 sur tout le territoire français, la technologie radio devra être utilisée.

Xilan a déjà commencé des tests réalisés à partir de la technologie LTE fixe. Quels sont les premiers résultats obtenus ?

Cela fait déjà environ 1 an que nous testons cette technologie, et nos résultats sont très encourageants. À 10 kilomètres de distance entre un utilisateur et une antenne d’émission LTE, nous obtenons des débits descendants supérieurs à 30 Mégabits par seconde. En comparaison, en Wi-Fi, nous atteignons péniblement 20 Mégabits de débit descendant pour 3 kilomètres de distance entre le client et l’antenne d’émission. L’autre avantage du LTE fixe, c’est sa capacité à franchir des barrières de végétation, alors qu’en Wi-Fi on est très pénalisé s’il y a des arbres entre l’utilisateur et son antenne de rattachement. Avec le LTE fixe, ce problème disparaît presque.

Vous parlez de LTE fixe, alors que les opérateurs classiques préfèrent parler de 4G fixe. Pouvez-vous nous expliquer cette différence ?

En fait, les acronymes LTE et 4G recouvrent la même technologie d’accès à Internet. Toutefois, les paramètres de qualité utilisés par les principaux opérateurs mobiles n’ont rien à voir avec les nôtres. L’opérateur mobile va privilégier la couverture de son réseau, l’opérateur de LTE fixe privilégiera la qualité de service à l’utilisateur final. L’opérateur de réseaux LTE fixe ne limite pas l’usage en terme de données échangées. Il propose des offres « Triple Play » (Internet, téléphone fixe et TV), ce que ne propose jamais un opérateur mobile, même en accès fixe sur son réseau 4G. Enfin, l’utilisateur d’un smartphone mobile peut préempter toute la bande passante d’une cellule d’un réseau 4G mobile, ce qui est impossible avec un réseau 4G fixe. La qualité de service offerte par la technologie LTE fixe est donc plus stable et globalement meilleure.