Désert médical rural : les pharmacies manquent aussi

0
237
desert-medical-phamacies

Désert médical rural : la vie des pharmacies dépend de la présence des médecins

L’avenir des pharmacies implantées en milieu rural n’a rien à voir avec celui des officines, parfois très proches les unes des autres, qui occupent abondamment les rues des grandes villes.

desert-medical-phamaciesDirectement menacé par le désert médical qui sévit dans certaines régions françaises, le futur de la profession pharmaceutique, pratiquée dans les campagnes, reste étroitement lié à la présence des cabinets médicaux se trouvant à proximité. Or, leur nombre se réduit régulièrement en milieu rural. Maintenir un maillage suffisant pour répondre aux besoins de santé quotidiens des populations, qui ont besoin de conseils et de médicaments sans être contraintes à de longs déplacements, constitue aujourd’hui un enjeu vital. Confrontés au risque de la raréfaction des médecins, les pharmaciens ne sont pas dupes. Ils savent pertinemment qu’ils travaillent souvent dans des conditions plus précaires qu’avant. Il suffit qu’un médecin parte à la retraite ou déménage pour que l’avenir s’assombrisse soudain. Cette crainte de se retrouver en situation sous-médicalisée concerne encore plus les généralistes, qui manquent cruellement en campagne. En effet, en cas de départ, leurs conditions de travail rebutent souvent les éventuels remplaçants.

La création de maisons médicales permet une alternative aux cabinets traditionnels. Elles apportent souvent une solution, particulièrement bienvenue, dans des situations qui semblaient pourtant inextricables. En regroupant l’activité de plusieurs praticiens dans un même lieu, cela permet d’alterner leur temps de présence. Ce système allège la charge de travail tout en fournissant aux habitants une couverture horaire suffisamment large. Mais pour cela, un investissement financier des communes est souvent une aide obligatoire. Par ailleurs, même après l’installation de ces maisons médicales, il faut ensuite veiller à ce qu’elles n’arrivent pas à saturation dans leur fonctionnement, en les adaptant à la densité de la population locale.