Disparition d’Henri Emmanuelli, président du Conseil départemental des Landes

0
306

Henri Emmanuelli est disparu aujourd’hui. La presse a souligné son parcours de parlementaire et d’homme de parti. Revenons aussi sur sa carrière d’élu local.

Henri Emmanuelli est disparu aujourd’hui des suites d’une longue maladie. Il a été un grand homme de parti. Il présidera le parti socialiste. Il a également été un parlementaire de premier plan. Il présidera même l’Assemblée Nationale (1992-1993).

Mais il fut également un grand élu local. A deux reprises (1986-1988 et 1992) il sera conseil régional d’Aquitaine. Surtout, il fut président du conseil départemental des Landes. Le département est historiquement et sociologiquement ancré à gauche depuis la Révolution. C’est dans l’exercice de ses fonctions qu’est intervenue sa disparition. Il est mort des suites d’une longue maladie. Il était natif des Pyrénées Atlantiques. C’est en 1982 qu’il décrochera son premier fief électoral. Il y exercera le mandat de président du conseil général de 1982 à 1997. Il est conseiller général du  canton de Tartas Ouest.

C’est là qu’il réalisera l’un des premiers grands chantiers politiques dans le département. Il s’agit de celui de la décentralisation. Au niveau national, elle est mise en oeuvre par Pierre Mauroy et Gaston Defferre.

Cet oeuvre, il la mène de concert avec Henri Scognamiglio. Ancien instituteur, il fut lui-même le précédent président de la collectivité.

C’est lui aussi une figure de la politique landaise. Un établissement scolaire porte aujourd’hui son  nom.

Henri Emmanuelli retrouve son fauteuil de président en 2000. Il est désormais conseiller général du  canton de Mugron.

Son bilan politique à la tête de la collectivité est considérable. Les Landais doivent à Henri Emmanuelli le collège des arènes à Mont-de-Marsan. Durant sa présidence a été également créé le nouveau laboratoire départemental. D’autres initiatives ont suivi. On peut citer parmi elles le dispositif de téléalarme pour les personnes âgées. Egalement la protection de l’enfance maltraitée.

Plus généralement et dans ce département peu densément peuplé, Henri Emmanuelli a insufflé un nouvel essor.

Premier vice-président, Xavier Fortinon a pris la présidence par intérim. C’est lui-même qui a annoncé la nouvelle à l’assemblée départementale alors réunie. Une minute de silence a été observée. Un successeur devrait être désigné prochainement.

http://www.landes.fr