Edouard Philippe, un élu local à Matignon

0
148

Edouard Philippe a été nommé premier ministre dans la journée de lundi. Il fait partie de ces quelques premiers ministres ayant bâti l’essentiel de leur carrière comme élu local.

Quel point commun entre Edouard Philippe et son prédécesseur, Bernard Cazeneuve ? Ou encore François Fillon, Lionel Jospin et Pierre Mauroy ? Tous ont en effet effectué une bonne part de leur carrière politique dans nos collectivités locales. Il faut croire que c’est une bonne école pour se faire à la réalité de la société. Dès 2001, Edouard Philippe a rejoint l’équipe municipale d’Antoine Ruffenacht au Havre. Il devient adjoint aux affaires juridiques. Il aura ensuite des responsabilités politiques au parti UMP. Puis vient une première candidature aux législatives de 2002. De 2004 à 2008, il sera conseiller régional de la Haute-Normandie.

En 2008, Edouard Philippe devient conseil général du 5è canton du Havre. Il exercera ensuite la fonction d’adjoint au maire. Il sera tout d’abord délégué au développement économique et portuaire, à l’emploi, à la formation, à l’enseignement supérieur et aux relations internationales. Puis l’année suivante, il aura pour nouvelle délégation l’urbanisme, l’habitat, le Grand Paris et le développement portuaire.

Il sera enfin élu en 2010 maire du Havre à la démission d’Antoine Ruffenacht. Puis la même année président de la communauté d’agglomération.

En 2014, il est réélu dans son mandat municipal dès le premier tour ! Il sera très attaché à ce mandat local. Face à la loi sur le non cumul et en prévision des législatives de 2017,  il déclarera choisir son mandat municipal au détriment de celui de député.

Mandat municipal, intercommunal, départemental et régional : qui dit mieux ? Notre élu aura ni plus ni moins touché à l’ensemble des mandats locaux ! Quoi de mieux pour aborder en connaisseur de cause la question des collectivités locales ?

Car notre premier ministre aura à faire au cours de son mandat à un nouveau volet de la réforme territoriale.

Autonomie financière des collectivités, développement durable, énergie, sécurité : de nouveaux horizons s’ouvrent en effet aujourd’hui en matière de pouvoirs locaux.

On attend également avec impatience la nomination du nouveau ministre en charge des collectivités locales.