Environnement et pollution

0
1417
des mégots
La commune de Saint-Méen-le-Grand part en lutte contre la pollution des mégots de cigarettes.

Saint-Méen-le-Grand part en chasse contre les mégots

La commune de Saint-Méen-le-Grand part en lutte contre la pollution des mégots de cigarettes. Elle vient de faire installer des cendriers permettant de les collecter et de les recycler. Une initiative qui va également rendre la ville et les trottoirs plus propres.

La pollution des mégots : un enjeu pour demain

Souvent sous-estimée, la pollution des mégots de cigarettes est un véritable fléau pour l’environnement. Il se compose d’un filtre en plastique, d’un reliquat de tabac et de papier. Chaque année, dans le monde entier, les fumeurs jettent plus de 4 300 milliards de mégots dans la rue, soit 2,3 millions de tonnes de déchets. Cela représente 137 000 mégots par seconde. Ils sont un vrai danger pour la nature. Ils sont en effet composés d’acétate de cellulose et peuvent mettre plus de 15 ans pour se dégrader s’ils ne sont pas recyclés. Ces déchets sont fortement toxiques, ils ne contiennent pas moins de 2 500 composants chimiques différents. Jeté à terre, un mégot est ainsi susceptible de polluer à lui seul 500 litres d’eau, la rendant impropre à la consommation. En France, on a, en 2011 vendu pas loin de 54 milliards de cigarettes, dont une bonne moitié finit sur les trottoirs.

Les villes s’engagent


Le mégot est toxique pour l’environnement et de plus en plus de communes en ont pris conscience. Elles s’organisent en se lançant dans la lutte contre les mégots. Ainsi, Paris ramasse chaque année 315 tonnes de mégots. En 2012, la municipalité a fait installer des éteignoirs sur les poubelles. Depuis, les poubelles publiques sont systématiquement équipées d’éteignoirs. La commune de Saint-Méen-le-Grand, en Bretagne, vient, elle aussi de décider de se lancer dans cette lutte. Cette ville de 4 600 habitants a fait installer six cendriers dans plusieurs endroits de la ville. L’objectif est d’inciter les fumeurs à y jeter leurs mégots. Le choix des lieux d’installations est donc stratégique : devant les bars et devant la mairie. De nouveaux cendriers sont déjà prévus pour venir renforcer le dispositif. C’est le Syndicat mixte pour la collecte et le traitement des ordures ménagères qui a proposé cette initiative à la mairie. Cette dernière finance l’achat et l’installation des cendriers. Le Smictom se charge du traitement des mégots.

 Que faire des mégots ?

un cendrier: une personne ecrase sa cigarette
Souvent sous-estimée, la pollution des mégots de cigarettes est un véritable fléau pour l’environnement.

La pollution par les mégots de cigarettes est une pollution qui coute cher. Les solutions sur lesquelles réfléchit l’Etat ne sont pas nombreuses et passent surtout par une prise de conscience collective. Le traitement des mégots pourrait passer par une « éco-contribution » visant les fabricants de cigarettes. Cet argent servirait à payer la dépollution et le ramassage des mégots. Ils doivent, en effet, être dépollués avant de pouvoir être recyclés. Quelques sociétés ont ainsi vu le jour ; elles proposent de recycler les mégots. Certaines proposent également de les collecter.

Le principe repose sur le stockage afin d’obtenir des quantités suffisantes pour pouvoir recycler. On doit décontaminer les mégots avant de les recycler. Ainsi, une société bretonne les transforment en mobilier urbain, d’autres les réutilisent même pour créer des routes.

  • Le Bulletin des Communes vous suggère aussi cet article