Feux d’artifices du 14 Juillet : austérité… Connait pas

0
1036

A l’heure des coupes sévères dans les budgets, la Fête nationale semble être un des événements que les collectivités ne veulent pas considérer à l’économie.

C’est un constat pour toutes les municipalités : cette année, il faut se serrer la ceinture. En cause, la baisse conséquente de la dotation annuelle de fonctionnement allouée aux collectivités locales par l’État, dans le cadre de son plan d’économies.

À l’échelle des communes, ces coupes importantes dans les budgets n’ont pas été sans conséquence : réduction nette des subventions aux associations et à certaines structures, annulation de certaines manifestations culturelles… Dans ce contexte d’austérité, quid des festivités du 14 juillet ? Les municipalités peuvent-elles faire l’impasse ?

A Niort, le budget inchangé

En Deux-Sèvres, la tendance ne semble pas être à l’économie. À Niort, le budget pour le feu d’artifice est resté le même cette année (30.000 €). Idem à Bessines et Prahecq, entre autres communes interrogées. 
Aux yeux des municipalités, le 14 Juillet paraît un événement sacré, sur lequel il ne faut pas transiger. « Les feux d’artifices continuent de proposer des rassemblements conviviaux, de personnes de tous les âges et de tous les milieux, expliquait l’adjointe au maire de Niort, Jeanine Barbotin. Ils gardent un pouvoir magique. Tous les spectateurs redeviennent des enfants de 10 ans. »

Parthenay, l’exception

Dans le département, Parthenay ferait presque figure d’exception, avec un « budget 14 Juillet » nettement revu à la baisse : de 72.000 € en 2014, il passe aujourd’hui à 32.000 € ! « Un choix politique », explique François Gilbert. 
L’élu à l’action culturelle précise toutefois que cette coupe de 40.000 € concerne seulement les animations en journée.« On enlève cette partie pour le transposer à un autre événement, le Sacré festival, qui était au programme de notre projet politique » , justifie-t-il. Si le spectacle pyrotechnique ne devrait pas en pâtir (mise en lumière des remparts, création artistique…), le resserrement des finances reste une réalité pour la municipalité. « On aurait eu les moyens de faire les deux, on l’aurait fait. » 
« Albert », artificier en Deux-Sèvres, confirme ressentir malgré tout les effets de l’austérité sur les feux du 14 Juillet. En effet, le forfait versé aux artificiers stable depuis des années – aurait été revu à la baisse dans certaines sociétés de pyrotechnies artistiques (environ – 20 %). Dans d’autres, ce sont plutôt les équipes d’artificiers qui seraient légèrement réduites, selon « Albert ». « Agacé » par le « manque de considération » que traduisent ces décisions à l’égard des artificiers, il a tout simplement décidé de stopper son activité cette année, malgré les sollicitations.

Touche pas à mon feu

Oh, la belle bleue ! Ce 14 juillet, la foule pourrait être épargnée de telles exclamations, dans quelques coins de la France. Un peu forcée d’ailleurs, puisque certains feux d’artifices n’auront tout simplement pas lieu, comme à Créteil par exemple. Les villes à faire ce choix – radical – restent encore très rares. Peu sont prêtes à sacrifier le spectacle sur l’autel de l’économie. Et encore moins à priver leurs concitoyens d’une parenthèse émerveillée. Ouf !

En savoir plus

Tirer un feu d’artifice à titre privé est autorisé, à condition de respecter certaines règles.
 Prévenir la mairie, car il se peut qu’elle interdise les feux d’artifice pour éviter tout risque d’accident ou de trouble à l’ordre public.
Acheter des produits estampillés « CE » , qui répondent aux normes en matière de sécurité.
Vérifier les catégories de fusées. Par exemple, celles de 4e catégorie (C4 ou K4) sont réservées aux tireurs certifiés.
Préparer le lieu du tir , s’assurer que le site est propre, débarrassé de produit facilement inflammable (broussaille, papier journal, etc.). 
Être correctement couvert lors de la mise à feu pour éviter les risques de brûlure. Le matériel doit être solidement arrimé. Enfin, en cas de vent, l’annulation est indispensable.

Le chiffre :

13.000 C’est le nombre de projectiles lumineux qui seront tirés dans le ciel de Niort, mardi soir.