Filière des éleveurs : vive réaction contre un accord avec le Mercosur

0
3518
Cropped Le Secteur Des E Leveurs Franc Ais Est Inquiet

Filière des éleveurs : une réaction massive contre des conséquences redoutées

La filière des éleveurs français s’inquiète au sujet des retombées possibles d’un accord commercial qui se dessine avec le Mercosur. En effet, celui-ci pourrait être prochainement signé avec le bloc sud-américain. Rappelons qu’il regroupe le Brésil, l’Argentine, l’Uruguay et le Paraguay. Sur cette éventualité, le secteur de la viande française s’est exprimé dans une lettre ouverte, adressée à la Commission européenne.

Pour la filière des éleveurs, un accord jugé menaçant

Les récentes déclarations du ministre du Commerce brésilien, Lucas Ferraz, sur une éventuelle signature d’un accord commercial avec l’Union européenne, a entraîné de nombreux remous. Entre autres, ceux émanant de l’Association nationale Interprofessionnelle du Bétail et des Viandes, l’INTERBEV. De fait, la filière des éleveurs ne cache pas ses craintes. En effet, pour son Association, les viandes bovines venant de ces quatre pays ne respectent pas les normes environnementales et sanitaires en vigueur en France. Notamment les viandes bovines produites par l’Argentine et par le Brésil. Ainsi, ces exportations risquerait d’engendrer une concurrence déloyale dans l’Hexagone. De plus, elle pourrait entraîner un danger pour la santé des consommateurs. Dominique Langlois, Président de l’INTERBEV, s’est inquiété des signaux « négatifs et contradictoires » que cet accord risque d’envoyer sur la souveraineté alimentaire du Continent européen.

Un recul pour le « manger-mieux », face au « manger moins cher »

La filière des éleveurs français sinquiète dun acccord possible avec le Mercosur.
La filière des éleveurs français redoute un accord possible conclu avec le Mercosur.

Si un tel agrément était validé, la France, qui a toujours défendu ses éleveurs jusqu’à présent, n’offrirait plus de protection efficace de son secteur viande, ni de son agriculture. Par ailleurs, pour de nombreux éleveurs, un accord de ce type serait un net recul pour le « manger mieux ». Ainsi, en ouvrant les frontières de l’Union européennes aux produits sud-américains, cet accord envisagé avec le Mercosur serait le plus important jamais signé par les Européens. Parallèlement, il faut rappeler que des discussions étaient déjà en cours à ce sujet depuis près de 20 ans. Par ailleurs, ce consentement pourrait aussi rejailllir sur le secteur de la production automobile. De plus, il risquerait aussi d’avoir des conséquences négatives sur la lutte contre le réchauffement climatique. Comme on le voit, ces diverses perspectives ne sont pas neutres.

Des craintes en suspens

Les interrogations ouvertes par les négociations en cours privent la filière des éleveurs français d’une visibilité claire sur leur avenir. De plus, si cet accord se confirmait, il permettrait à des produits jusqu’alors interdits en France d’être mis sur le marché. Entre autres, pour l’agriculture, des légumes cultivés avec des doses importantes de glyphosate. Pour la viande, les consommateurs s’exposeraient à des méthodes d’élevage utilisant des hormones de croissance et des antibiotiques, proscrits en France.