Frais scolaires, la face cachée de l’école publique

0
3404
Cropped Le Cole Gratuite Engendre En Re Alite Des Frais Cache S

Frais scolaires : des sommes finalement gênantes

Les frais scolaires sont la face cachée de l’école publique dite « gratuite ». De plus, d’après un récent sondage de l’IFOP, ces dépenses obligatoires mettent en difficulté beaucoup de parents. En fait, près d’un quart de ceux qui ont des enfants à l’école primaire. Cette proportion passe à huit foyers sur dix quand les enfants sont au lycée ou au collège.

Une gratuité qui revient cher

L’État français présente l’enseignement public comme gratuit. Cette affirmation est séduisante, mais quand on se renseigne, la réalité est assez différente. En effet, il suffit de s’intéresser à diverses études publiées dans de grands quotidiens pour découvrir que l’école publique comprend des frais scolaires. Un fait révélé notamment par l’enquête du Comité National d’Action Laïque (CNAL), dans Le Monde. On y apprend que la scolarité « gratuite » impose en fait de nombreux frais. En clair, elle revient même plutôt cher. Cela se vérifie aussi bien avec des élèves qui sont en primaire qu’en secondaire. Plus embêtant, ces frais cachés sont pour les familles concernées un poste financier qui pèse lourd dans leur budget. Or, pour ces foyers, cette gêne dure quasiment toute l’année. Cette conclusion ressort d’un sondage effectué par l’IFOP. Avant de faire ce constat, l’Institut a questionné de nombreux parents d’élèves.

Une zone grise révélée

En pratique, l'école publique gratuite a un coût.
Les frais scolaires qu’implique l’école publique gratuite sont une réalité.

Selon les termes utilisés par Rémy-Charles Sirvent, secrétaire général du CNAL, ces enquêtes ciblées permettent d’éclairer « une zone grise de l’école ». En effet, il faut savoir que plus de la moitié des directeurs d’écoles publiques demandent des participations financières aux familles. Cela, pour que leurs enfants puissent intégrer leurs établissements. De plus, ces frais courent durant toute l’année scolaire. Au final, ce système revient à des efforts financiers plus importants que prévus. L’une des causes principales de ces frais scolaires est l’achat de fournitures. En moyenne, dans le primaire, ce coût s’élève à 25 euros par an et par enfant. Quand l’élève étudie au collège ou au lycée, cette dépense passe alors à 135 euros. Or, cette somme est problématique pour de nombreux parents.

Des frais scolaires qui s’ajoutent à d’autres

En dehors des cours assurés par les professeurs, les enfants ont en plus accès à des sorties scolaires. Sans surprise, elles aussi engendrent des coûts. Ainsi, plus de 40 % des directeurs d’école demandent aux parents de contribuer aux frais scolaires liés à ces sorties. En moyenne, cette participation revient à un peu plus de 13 euros par écolier et par an. Dans le secondaire, cette contribution passe à 29 euros. De plus, la moitié des directeurs la réclame. Le cumul de ces « petites » dépenses finit par peser sur le budget des familles. En clair, cette accumulation de légers frais scolaires est en réalité plutôt lourde. Pour preuve, à cause de cette pression financière discrète, les voyages scolaires restent inaccessibles pour beaucoup. Pour cette raison, les élèves inscrits au collège et au lycée sont près de 60 % à ne pas pouvoir participer à ces voyages organisés par leurs établissements.