« Futur en Seine » : un Salon high tech intégré au « Paris Région Smart Event »

0
218
futur-en-seine-smart week

« Futur en Seine » : à partir du 8 juin 2017. Chaque année au mois de juin, une semaine particulière baptisée « Paris Région Smart Week » aura lieu dans la capitale. Annoncée par Valérie Pécresse, Présidente de la région Île-de-France, et Jérôme Chartier, Premier Vice-président chargé de l’Économie et de l’Emploi, cette semaine sera un moment fort et privilégié pour tout le secteur numérique francilien.

Elle mettra notamment en avant les salons « Futur en Seine » et « Viva Technology », soutenus par la région depuis leur création. À travers cet événement, l’Île-de-France souhaite rassembler les collectivités et l’ensemble des acteurs concernés autour de grandes manifestations dédiées au numérique. Elle veut ainsi fédérer les secteurs associatifs et privés grâce à une organisation commune. La « Paris Région Smart Week » souhaite intégrer toutes les manifestations high-tech à sa démarche, dont le salon “Futur en Seine”, afin d’avoir une portée internationale. Ce rendez-vous vise à inciter le plus de professionnels possible à se déplacer en Île-de-France au cours de cette période. L’ambition de cette « Smart Week » est de développer l’économie du secteur numérique francilien au niveau mondial, en mettant en lumière ses innovations. En effet, ses puissants atouts sont amenés à faire rapidement évoluer des domaines aussi variés que la Greentech, la santé, la robotique, les objets connectés, l’intelligence artificielle et l’évolution numérique globale des entreprises franciliennes.

Au cours de cette l’année, la région financera l’ensemble de ces événements et leur promotion à hauteur de 1,5 million d’euros. Preuve de la bonne santé du high tech français, plus de 2,7 milliards d’euros ont déjà été investis dans les start-up de l’Hexagone en 2016. Ces investissements placent la France en deuxième position en Europe, derrière le Royaume-Uni, qui totalise 3,2 milliards d’euros, mais devant l’Allemagne, qui arrive à la troisième place, avec 2 milliards d’euros.