Grand Débat National : donner la parole aux personnes handicapées

0
719
Matthieu Annereau Depute Suppleant Non Voyant

Grand Débat National : un encouragement à s’exprimer

Un Grand Débat National a été lancé par Emmanuel Macron. Son but est d’apaiser le mouvement social des Gilets jaunes. Pendant deux mois, les Français pourront exprimer leurs opinions citoyennes. Ainsi, ils donneront leur avis sur l’élaboration des politiques publiques. Jusqu’au 15 mars, ce Débat National fournira l’occasion aux personnes handicapées de faire entendre leurs voix.

Une ouverture prometteuse

Ce Débat est une réponse du Gouvernement à la contestation sociale qui secoue la France depuis des semaines. il représente une opportunité inédite pour les personnes handicapées. En effet, ce Débat peut les aider à faire comprendre concrètement leur précarité. Il va permettre de mieux expliquer leur situation, souvent vulnérable.

Une accessibilité sans faille

Matthieu Annereau est président de l’Association pour la Prise en compte du Handicap dans les Politiques Publiques et Privées (APHPP). Il considère ce Débat comme une chance de « […] placer le handicap au cœur du débat politique et économique. ». Matthieu Annereau est député suppléant de la députée En Marche de Loire-Atlantique. En tant que non-voyant, il encourage vivement les personnes handicapées à s’impliquer dans ce Grand Débat. Grâce à lui, elles pourront « l’enrichir de leur vécu ». En y contribuant, leur participation citoyenne permettra une « […] inclusion pleine et entière ». Monsieur Annereau a demandé à la Commission Nationale du Débat Public (CNDP), chargée d’organiser les discussions, d’en garantir l’accès aux personnes handicapées. La CNDP devra surveiller que ces échanges soient « […] accessibles à tout type de handicap, de même pour les supports numériques envisagés. » La question du Gouvernement : « Comment mieux accompagner les Français dans leur vie quotidienne pour se loger, se déplacer, se chauffer ? » sera essentielle pour les personnes porteuses d’un handicap.

Une consultation multicanale

Annonce du Grand Débat National.
Un Grand Débat National a été lancé par Emmanuel Macron.

Les « expressions personnelles », attendues par le chef de l’Etat pourront s’effectuer en ligne. Pour cela, un site dédié sera accessible dès le 21 janvier. Son adresse : granddebat.fr. Les citoyens intéressés pourront connaître le moment de sa mise en service en y laissant leur adresse mail. De plus, ils pourront aussi s’exprimer par courrier. L’adresse suivante a été prévue : Mission grand débat national, 244 bd Saint-Germain, 75007 Paris. Par ailleurs, des stands pour s’exprimer, spécialement aménagés, seront installés sur tout le territoire. Ils seront faciles d’accès. Enfin, pour obtenir tous les renseignements nécessaires pour débattre, il suffit d’appeler le 0 800 97 11 11.

Un objectif constructif

L’objectif de ce Grand Débat National est de « […] forger un nouveau pacte économique, social et environnemental, et de structurer l’action du Gouvernement et du Parlement dans les prochains mois. ». Pour y parvenir, l’exécutif a mis en place de nombreux moyens. Ainsi, la parole de chaque Français pourra être entendue. Le Gouvernement a fait en sorte que « personne ne soit exclu du débat ». Deux personnes sont chargées de diriger l’ensemble de ces échanges. Il s’agit de la secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique, Emmanuelle Wargon, et du ministre des Collectivités territoriales, Sébastien Lecornu.

Une implication directe

Pour recueillir les opinions exprimées, Emmanuel Macron se déplacera lui-même dans plusieurs communes. Ainsi, il écoutera directement les avis des citoyens. Pour organiser ces discussions, il compte sur la collaboration des maires. Depuis le mois de décembre dernier, des cahiers ont été mis à la disposition des Français pour qu’ils s’expriment. Cependant, pour l’instant, ces cahiers ne sont proposés que dans une mairie sur neuf. Prochainement, les lieux des débats seront précisés. Les maires décideront où ils auront lieu. Toutes les personnes souhaitant y participer seront conviées.

Des échanges structurés

Pour optimiser ces débats, la Commission Nationale du Débat Public a établi des procédures à respecter. En conclusion, dès le 1er mars, des conférences de citoyens tirés au sort seront organisées dans chaque région. Elles serviront à faire le point sur les différentes propositions qui auront émergé.