Grand Paris Seine Ouest

0
1428
deux policiers sur leurs chevaux
Une nouvelle patrouille de gardes champêtres va être déployée dans huit communes des Hauts-de-Seine.

Des gardes champêtres en zone urbaine

De gardes champêtres à cheval vont patrouiller dans huit communes des Hauts-de-Seine. Ces brigades vont devoir  lutter contre les incivilités.

Une patrouille verte en ville

A partir du 1e mars une toute nouvelle patrouille de police va être mise en place dans plusieurs communes de Grand Paris Seine Ouest. Unique en Île-de-France, ce dispositif sera composé de 14 gardes champêtres et de 22 contrôleurs de l’espace public. Ces gardes champêtres à cheval et en scooter électriques seront chargés de sensibiliser les riverains au respect de l’espace public. Ils devront également lutter contre les dépôts sauvages. Deux patrouilles à cheval de la garde républicaine et de la police nationale vont sillonner les parcs et jardins, les centres villes et les marchés de huit villes des Hauts de Seines. De plus une brigade volante d’agents à scooter électriques va les accompagner. Ils auront pour objectif de lutter contre les dépôts sauvages ainsi que les incivilités tout en faisant respecter les règles des parcs et jardins. Ils patrouilleront à Boulogne-Billancourt, Chaville, Issy-les-Moulineaux, Marnes-la-Coquette, Meudon, Sèvres, Vanves et Ville-d’Avray.

GPSO et l’environnement

L’établissement public territorial Grand Paris Seine Ouest a vu le jour le 1e janvier 2016. Il regroupe huit communes du département des Hauts-de-Seine, soit 300 000 habitants. Il compte également une superficie de 32,38 km2 dont 39% sont des forêts et des espaces verts. Le GPSO exerce de nombreuses compétences parmi lesquelles la politique de la ville, l’assainissement, la gestion des déchets ménagers. Il a également en charge la protection et la mise en valeur de l’environnement et du cadre de vie et la gestion des espaces verts et boisés.

Le Grand Paris Seine Ouest accompagne les habitants vers un mode de vie plus respectueux de l’environnement. Il cherche à développer le compostage, l’achat de vélos électriques grâce à des subventions ou encore des bonnes pratiques pour réduire sa consommation d’énergie. C’est dans ce cadre que le GPSO va déployer sa police verte dédiée au respect de l’environnement. Ce dispositif s’inscrit dans la continuité des actions déjà engagées

Comment lutter contre les incivilités

le logo GPSO
L’établissement public territorial Grand Paris Seine Ouest a vu le jour le 1e janvier 2016.

Dans les quartiers où elles se produisent de manière répétée, les incivilités suscitent une forte demande de la part de la population. Elle réclame des actions de la police et les pouvoirs publics ont de grosses difficultés à agir. La lutte contre les incivilités passe aujourd’hui par la prévention et la verbalisation.

Les incivilités ont un coût. Dans le GPSO elles s’élèvent à 4 millions d’euros par ans pour la collectivité. Pris sur le fait, un contrevenant pourra avoir une amende allant jusqu’à 450 euros. Et pourtant le territoire propose des collectes d’encombrants en porte à porte, 3 déchèteries mobiles, une fixe et même un camion de collecte de déchets dangereux. Le GPSO tente avec cette nouvelle police verte de diminuer le coût de traitement des dépôts sauvages qui représente chaque année en moyenne 4 000 t de déchets divers déposés en toute illégalité.

  • Le Bulletin des Communes vous suggère aussi cet article