Grèves : elles affectent nettement l’activité de l’hôtellerie

0
153
greves-activite-hotellerie

Grèves : des répercussions négatives sur les réservations d’hôtels.

Les professionnels français de l’hébergement constatent depuis un mois, en raison de diverses grèves, que leur volume d’activité se réduit de manière récurrente. Désormais, ils craignent une accumulation de conflits sociaux qui, comme aujourd’hui avec Air France et le mouvement de la SCNF, pourrait beaucoup affaiblir leur saison estivale.

greves-activite-hotellerieAujourd’hui, les annulations et les reports sont quasiment devenus une routine pour de très nombreux hôteliers. Ce fléchissement dans leurs réservations est d’ailleurs confirmé par plusieurs études, menées par divers cabinets spécialisés dans le tourisme.

Cette tendance à la baisse devrait se concrétiser en fin de mois par un taux d’occupation plus faible des établissements, plus particulièrement en province.

Alors que l’hôtellerie francilienne pouvait se réjouir en début d’année d’une progression record, elle enregistre actuellement un net fléchissement. Celui-ci est dénoncé par le Groupement National des Indépendants de l’Hôtellerie-Restauration (GNI).

Comparée à l’année dernière, et surtout au premier trimestre de 2018, cette chute des réservations se fait particulièrement sentir. Plus précisément dans les établissements situés sur toute la côte atlantique. Ces derniers enregistrent en effet une perte d’environ un quart de leur clientèle.

Ce manque de dynamisme affecte en partie la Capitale, dans une proportion globale de 5 %. Mais cette zone très demandée parvient néanmoins à se maintenir, alors que la province souffre beaucoup plus nettement.

Dans la région Provence-Alpes-Cote-d’Azur, ainsi qu’en Corse, le retrait d’activité s’élève actuellement à 15 %.

À l’approche de l’été, saison évidemment très attendue par l’hôtellerie, les professionnels commencent à montrer des signes d’inquiétude. Ils espèrent que leurs clients, stimulés par les beaux jours, reviendront louer des chambres, mais ils redoutent aussi que de futurs mouvements de grèves ne viennent réduire considérablement leurs prévisions.

 La grève perlée annoncée par les cheminots jusqu’au mois de juin les inquiète tout particulièrement. Surtout que des analystes ont prédit qu’elle risquait de se prolonger jusqu’en août.

 Les touristes internationaux pourraient alors se détourner de l’Hexagone, en choisissant des séjours dans d’autres pays.

Pour éviter une catastrophe, dans un récent communiqué, le syndicat des hôteliers a clairement demandé aux cheminots de reprendre normalement leur travail.