Hôtellerie : une passe difficile

Clé de chambre d'hotel posee sur un comptoir.

L’hôtellerie a récemment fait part au Gouvernement, notamment au ministre de l’Economie Bruno Le Maire, de ses graves difficultés. Celles-ci font suite aux récentes manifestations violentes qui se sont déroulées dans le pays. En effet, leurs conséquences ont un impact direct sur le secteur de l’hébergement, des cafés et de la restauration.

Une image dégradée

Depuis plusieurs jours, les images très violentes des manifestations, diffusées en France et à l’étranger, ont des conséquences largement négatives sur le tourisme hexagonal. De fait, ce climat troublé fait craindre aux professionnels de l’hôtellerie une baisse croissante de leur activité. Déjà, ils constatent des annulations de réservations et des départs anticipés. Beaucoup d’entre eux sont motivés par la crainte. Pour l’instant, ces annulations sont de 10 % supérieures à celles de la même période l’an passé. Ainsi, les hôteliers parisiens enregistrent aujourd’hui une perte moyenne de chiffres d’affaire d’environ 20 %. De plus, ils considèrent que l’incertitude sur la durée du mouvement social a fait chuter d’environ la moitié les réservations habituelles.

Un fléchissement confirmé

Chambre d'hotel vide

Les baisses de reservations dans les hotels se font sentir

Jean-Virgile Crance, président du Groupement National des Chaînes hôtelières (GNC), s’est exprimé dans un article publié par les Echos. Il estime que sa profession a enregistré une perte d’activité « […] de moins 20 % à moins 50 % entre les deux derniers week-ends […] ». Dans le détail, l’affaissement le plus important dans l’hôtellerie a été observé dans la Capitale. De même, le président du GNC confirme une chute des réservations, entre 10 et 15 %. En fonction de la situation, cela pourrait encore s’aggraver. Par ailleurs, le président s’inquiète des retombées négatives sur l’ensemble de la période des fêtes. Pour lui, elle est désormais « très compromise ». D’après les réactions enregistrées par les agences de voyages étrangères, les conséquences négatives des mouvements sociaux sont évidentes. Elles devraient même s’étendre jusqu’au début de l’année prochaine.

Baisse du commerce de détail

D’après l’analyse officielle du ministère de l’Economie, au cours des trois dernières semaines, les événements auraient aussi diminué le chiffre d’affaires du commerce de détail. Cette baisse atteindrait entre 20 et 40 %. Concernant le secteur de l’alimentation, dans les grandes surfaces, les baisses oscilleraient entre 15 et 25 %. De plus, un ralentissement de la fréquentation des centres commerciaux se fait aussi sentir. Enfin, les sociétés de transports routiers constatent également un affaiblissement de leur trafic. Les blocages menés par les gilets jaunes seraient en grande partie responsables. Ainsi, le signal d’alarme lancé par l’hôtellerie touche également d’autres professions.

Le Bulletin des Communes suggère également de lire l’article publié par le site de France Info : https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/restauration-hotellerie-sports-loisirs/gilets-jaunes-des-consequences-graves-sur-l-economie_3083145.html