Intelligence artificielle : une gendarmerie teste son accueil

Visage de femme analysé par une caméra

Depuis cet été, une caserne de gendarmerie, près de Lyon, utilise l’intelligence artificielle. Pour la première fois, cette technologie sert à étudier les émotions du public. Lancée à Irigny, cette expérience permet de mesurer la satisfaction des personnes face aux forces de l’ordre.

Une caméra discrète

Placée à l’entrée de la caserne de gendarmerie d’Irigny, une caméra visionne tous les visages des visiteurs qui entrent. D’aspect classique, elle est en réalité capable d’étudier leurs expressions. En effet, elle comporte un programme d’intelligence artificielle. Ainsi, cette caméra d’un nouveau genre analyse les traits des arrivants. Cela lui permet de décrypter leurs émotions. Commencé cet été, cet essai se déroule grâce au matériel fourni par la société DC Communication. Cette entreprise est experte dans la transformation digitale. Pour ce test, elle a fourni cet équipement gratuitement.

Une technologie avancée

Pour interpréter les caractéristiques d’un visage, ce matériel s’appuie sur l’intelligence artificielle. Grâce à elle, la brigade de gendarmerie d’Irigny est la première en France à pouvoir évaluer l’humeur du public qu’elle reçoit. De cette façon, si une personne vient demander un renseignement, ou porter plainte, ses expressions sont décryptées automatiquement. Interrogé, le lieutenant Bertrand Dubois, commandant de la brigade, explique : « Cette caméra lit en direct le visage de la personne qui entre […]. » Ensuite, l’état d’esprit des visiteurs peut rapidement être connu des gendarmes.

Des points de repère révélateurs

Femme gendarme derrière un bureau d'accueil

Accueil dans un commissariat

Le système intelligent installé réagit sur sept endroits caractéristiques. Il peut étudier des points clés du visage, De cette manière, il enregistre sans erreur des signes déterminants. Ainsi, il est capable de détecter la peur, la joie ou la tristesse. Il peut même reconnaître l’expression du mépris. Rémy Millescamps, PDG de DC Communication, explique qu’un « […] algorithme va ensuite mesurer ces émotions, et faire ressortir la plus présente. »

La satisfaction révélée

Après analyse, les informations sur l’humeur d’un visiteur, entre le moment où il sort et son arrivée, sont comparées. Par conséquent, les gendarmes peuvent savoir s’il est satisfait ou pas. Ce comparatif est très parlant. Avant de quitter la gendarmerie, les personnes qui ont été analysées peuvent répondre à un questionnaire.

Un outil d’avenir ?

Pour les gendarmes, la caméra intelligente est un outil très utile. Depuis son installation, elle leur a fourni de multiples informations. Grâce à elle, c’est la première fois qu’ils peuvent mesurer leur qualité d’accueil. A partir de ses analyses, ils peuvent vérifier si leur attitude envers le public est la bonne. Après un premier bilan, les retours sont très encourageants. Vu la réussite de cette expérience, ce dispositif d’intelligence artificielle pourrait bientôt servir dans d’autres gendarmeries.