L’AUSTRALIE FAIT MODIFIER UN RAPPORT DE L’ONU

0
172

Alors que l’ONU a identifié la grande barrière de corail australienne comme un lieu très abîmé par le réchauffement climatique, qui provoque un blanchissement massif des coraux, l’Australie a fait en sorte que ce constat alarmant disparaisse du dernier rapport des Nations Unies sur le réchauffement de la planète.

Cette censure a certainement pour but de ne pas freiner l’abondante fréquentation touristique du récif. En 2012, celle-ci avait déjà rapporté 3,5 milliards d’euros, générant plus de 64.000 emplois. Ce site est pourtant considéré par des experts internationaux comme gravement menacé par le réchauffement. Pour justifier le retrait de cette mise en garde du rapport de l’ONU, le gouvernement australien a déclaré qu’il n’était « […] pas favorable au fait que des sites classés au patrimoine australien » figurent dans ce rapport.