Le bac peut comporter des aménagements.

Depuis le 15 juin, près de 719.000 élèves de terminale ont commencé à passer l’examen du bac. Parmi eux, près de 41.000 sont en situation de handicap. Cela représente près de 8.300 candidats supplémentaires, par rapport à l’année dernière, soit une hausse de 25 %. Certains aménagements ont été prévus pour faciliter le déroulement de leur examen.

Les candidats du bac qui sont en situation de handicap peuvent bénéficier d’aménagements spécifiques, notamment : un temps d’épreuve plus long, la possibilité d’être dispensé de l’épreuve orale obligatoire pour l’examen de langue vivante, une assistance humaine en cas de besoin, la possibilité de se servir d’outils informatiques adaptés, une présentation des sujets en braille ou en gros caractères pour les candidats malvoyants. Désormais, la langue des signes française fait partie des épreuves de langues, mais elle ne peut être présentée qu’en option facultative.

Depuis 2014, les élèves qui résident dans une zone géographiquement trop éloignée de leur centre d’examen, ou qui sont dans l’incapacité de s’y rendre en raison de leur handicap (hospitalisation, incarcération), peuvent passer leurs épreuves orales à distance, par l’intermédiaire d’une visioconférence. Ces candidats particuliers sont informés du dispositif prévu à leur attention par le recteur de leur académie. Celui-ci doit vérifier au préalable que les échanges entre le candidat et son examinateur réunissent toutes les conditions nécessaires, en terme de qualité, de confidentialité et de sécurité. Lors de ce type d’examen, un surveillant est présent auprès du candidat. Des réunions et délibérations entre les jurys peuvent aussi se dérouler par le biais de visioconférences. Les candidats concernés peuvent demander que les notes qu’ils ont obtenues soient conservées pendant 5 ans.

Pour pouvoir bénéficier de ces différents aménagements, les candidats doivent adresser au préalable une demande à l’un des médecins désignés par la Commission des Droits et de l’Autonomie des Personnes Handicapées (CDAPH). Leur médecin traitant émet alors un avis, sur lequel le rectorat se base pour décider d’un éventuel aménagement des épreuves. Cette décision appartient pleinement au recteur.

Les principaux chiffres du bac

– Candidats en terminale : environ 719.000.

– Candidats en situation de handicap : environ 41.000.

– Âge extrêmes : de 13 à 74 ans.

– Nombre de copies à corriger : environ 4 millions.

– Correcteurs et examinateurs : 170.000.

– Coût de l’examen par candidat : 80 €.