L’Allocation Adulte Handicapé devrait être augmentée

0
275
allocation-adulte-handicapé

Le Gouvernement se mobilise en faveur des personnes handicapées.

Il y a 3 jours, ce mardi 4 juillet, Édouard Philippe a présenté pendant plus d’une heure devant l’Assemblée nationale une série de mesures à venir, dont la revalorisation de l’Allocation Adulte Handicapé (AAH). Celle-ci devrait être effective dès l’année prochaine, passant de 810.89 euros, lorsqu’elle est versée à taux plein, à 900 euros. Le Premier ministre a par ailleurs annoncé une simplification prochaine des procédures administratives qui privent de leurs aides, encore trop souvent, certains bénéficiaires de droits sociaux.

Au menu des futurs changements visant à augmenter les minima sociaux, la prime d’activité et le minimum vieillesse devraient aussi être revalorisés. Cette annonce confirme celle qu’avait précédemment faite Sophie Cluzel, la Secrétaire d’État chargée du Handicap, devant le Conseil National Consultatif des Personnes Handicapées (CNCPH). Le Premier ministre a mis l’accent sur l’objectif du Gouvernement d’aider « les plus faibles », parmi lesquels les personnes âgées, précaires, ou porteuses d’un handicap.

Bien que cette annonce, très attendue par environ un million de bénéficiaires, maintienne l’Allocation en-dessous du seuil de pauvreté, estimé en France à 1.000 € par mois, et reste inférieure au SMIC, elle concrétise l’une des premières mesures effectives prises par le nouveau Gouvernement en faveur des plus démunis. Cette prise en compte du Handicap par un Premier ministre le différencie de ses prédécesseurs, qui étaient jusqu’alors restés très discrets sur ce sujet.

Édouard Philippe a conclu son intervention en déclarant avec conviction que : « Les personnes en situation de handicap et celles qui les accompagnent ont droit à la solidarité nationale. » Toutefois, il a également rappelé que les moyens consacrés aux aides « […] ne pourront pas être illimités ». Son discours a été copieusement applaudi dans l’Hémicycle, toutes tendances politiques confondues.