Le handicap : l’une des priorités d’Emmanuel Macron

0
177
handicap-sophie-cluzel

Le handicap au coeur du programme du nouveau Président

Le Président Emmanuel Macron vient de nommer Sophie Cluzel au poste de secrétaire d’État au Handicap. Très impliquée dans l’aide apportée aux enfants en situation de handicap, étant elle-même mère d’une jeune fille trisomique, Sophie Cluzel a créé à Nanterre le collectif SAIS 92 (Service d’Accompagnement et d’Information pour la Scolarisation des Élèves Handicapés), et l’association Grandir à l’École, spécifiquement dédiée aux enfants atteints de trisomie 21. Désormais, les actions de la secrétaire d’État au Handicap sont directement chapeautées par le Premier ministre, afin qu’elles soient optimisées et de simplifier les applications qui en découlent.

Huit réformes phares

Augmenter l’Allocation AAH

Pour améliorer le niveau de vie des personnes handicapées, le nouveau Président de la République a promis d’augmenter l’Allocation aux Adultes Handicapés (AAH), afin que leurs ressources dépassent le seuil des 900 € par mois pour une personne seule. Jusqu’à présent, cette Allocation était plafonnée à 810,89 € mensuels. Par ailleurs, sa durée d’attribution se trouve étendue. Elle passe de 2 à 5 ans pour les bénéficiaires disposant d’un taux d’invalidité supérieur à 50 %.

Améliorer l’usage des logements sociaux

Dans son programme, Emmanuel Macron a spécifié au sujet des logements sociaux que : « Les bailleurs sociaux devront identifier les logements adaptés aux personnes handicapées de leur parc […] et rendre cette liste transparente. » Dans le cas où un logement social serait inadapté à la vie quotidienne d’une personne handicapée, le bailleur doit alors lui proposer « […] des solutions de relogement », ou faire réaliser les travaux nécessaires à un usage courant de son lieu de vie (installation de sanitaires adaptés, mise à disposition d’un mobilier adéquat, etc.).

Accélérer certains remboursements

En cas de nécessité d’effectuer des petits travaux d’aménagement dans le logement ou sur le véhicule d’une personne handicapée, si celle-ci demande une aide de Prestation de Compensation du Handicap (PCH), les délais de réponse de la MDPH sont souvent longs. Cette lenteur est due à la complexité de calculs réalisés dans le cadre de règles strictes. Bientôt ces calculs seront simplifiés grâce à un forfait, ce qui permettra aux services des Conseils généraux de rembourser plus vite ces menus travaux. L’aide sera ainsi obtenue plus rapidement.

Faciliter l’accès au travail

Environ 500.000 personnes handicapées sont actuellement inscrites à Pôle Emploi. Pour simplifier leur accès à un travail, Emmanuel Macron souhaite amplifier les initiatives facilitant le tutorat au sein des entreprises, tout en conservant le dispositif d’emploi accompagné prévu par la loi Travail depuis ce premier janvier, spécifiquement destiné aux personnes en situation de handicap.

Simplifier la communication avec les organismes administratifs

Aujourd’hui, les informations ou les décisions prises et communiquées par la CAF et les Maisons Départementales des Personnes Handicapées (MDPH) ne sont pas toujours claires ni faciles à comprendre. En effet, elles utilisent fréquemment des termes administratifs, parfois trop techniques. Bientôt, ces avis et courriers informatifs seront donc rédigés dans un langage moins spécialisé, afin de rendre leur compréhension plus aisée.

Accélérer et clarifier l’accès à la Reconnaissance RQTH

Actuellement, le processus d’accès à la Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH) est complexe, et nécessite un traitement long avant d’obtenir une réponse. Or cette Reconnaissance, une fois acquise, n’ouvre pas forcément de nouveaux droits pour certains des demandeurs. Bientôt, les personnes pouvant bénéficier de l’obligation d’emploi d’un travailleur handicapé pour un autre motif que la RQTH seront systématiquement informés sur leurs droits. Ainsi, ces personnes pourront mieux juger si elles ont intérêt à faire ou pas une demande de RQTH. Par ailleurs, l’attribution de la RQTH sera facilitée pour certains publics définis.

Accéder plus largement à l’Allocation Rentrée Scolaire

Jusqu’à présent, pour les enfants âgés de plus de 6 ans scolarisés en maternelle, l’Allocation de Rentrée Scolaire était réservée aux enfants qui avaient déjà intégré l’école élémentaire. Cela avait pour conséquence, pour un enfant âgé de plus de 6 ans scolarisé en grande section d’école maternelle, de priver cet élève de l’Allocation de Rentrée Scolaire, lorsque son maintien en maternelle avait été décidé. Depuis le mois de mars, un enfant de plus de 6 ans qui se trouve dans cette situation peut néanmoins bénéficier de cette Allocation particulière, conformément au droit commun, même s’il est déjà scolarisé en maternelle.

Faciliter le droit d’accès au tiers-payant

Aujourd’hui, lorsqu’une personne handicapée réclame une Prestation de Compensation du Handicap (PCH) au Conseil général pour obtenir une aide à domicile, ou pour payer des équipements technique dans son logement ou sur son véhicule, les délais de réponse sont souvent longs. Cela oblige fréquemment cette personne à payer la totalité des frais engagés avant d’avoir bénéficié d’un remboursement octroyé par les services du département. Bientôt, les services du département pourront payer cette PCH en tiers-payant, sur simple présentation d’une facture. Ainsi, la personne en situation de handicap n’aura plus à avancer la totalité des frais qui pour elle étaient nécessaires.