“SeaBubbles” : les navettes électriques prévues sur la Seine attendront

0
248
seabubbles-paris-suisse

Le projet des « taxis volants » repoussé.

Alain Thébault, le créateur des navettes futuristes électriques qui auraient dû transporter les Parisiens sur la Seine déplore l’immobilisme de l’administration hexagonale.

seabubbles-paris-suissePour rebondir, le concepteur compte désormais mettre en place son véhicule « SeaBubbles » en Suisse, sur le Lac Léman, entre Genève et une commune proche, à partir d’avril 2018. Pourtant son idée était séduisante, et son concept « Zéro bruit, zéro vague et zéro émission de carbone. » était très vendeur. Mais ses véhicules en forme de bulles, pouvant transporter quatre passagers et un chauffeur, n’ont pas réussi à s’imposer dans la Capitale. En cause, le « mille-feuille administratif français », dont Alain Thébault s’est plaint auprès du journal Huffington Post, dans une récente interview. Le prix de la location d’un ponton, d’un montant de 1.000 euros par jour, a également joué en défaveur du projet « SeaBubbles », ainsi que la difficulté de recharger électriquement ces navettes. Malgré ces écueils, Anne Hidalgo continue de croire dans l’idée. Elle a d’ailleurs déclaré : « Je souhaite que les services de l’État envisagent de faire évoluer la réglementation pour permettre à Paris d’accueillir SeaBubbles. »