Le STIF améliore ses services pour mieux transporter les élèves handicapés

0
310
stif-transport-handicap

Le STIF au service des enfants handicapés.

Le STIF, le Syndicat des Transports d’Île-de-France, est l’autorité organisatrice des transports de la région. Il a décidé d’améliorer sa prise en charge du transport des élèves atteints d’un handicap. Ses initiatives vont concerner plus particulièrement les Hauts-de-Seine.

Les parents d’enfants handicapés sont souvent confrontés à de réelles difficultés en matière de transport, lorsqu’ils doivent chaque jour emmener leurs enfants à l’école. Heureusement, ce trajet quotidien entre la maison et les établissements scolaires peut être pris en charge par le STIF. Ce syndicat organise en effet des tournées, effectuées par des dizaines de sociétés spécialisées, qui disposent de chauffeurs formés et de véhicules adaptés. Ainsi, un volume de 10.000 élèves, qui vont de la maternelle à l’enseignement supérieur, scolarisés dans tous les départements de la région, hormis la Seine-et-Marne, peut être véhiculés quotidiennement. Cependant, ce service peut être encore amélioré, en appliquant de nouvelles dispositions. Laurent Probst, le directeur du STIF, a déclaré à ce sujet : « Nous voulons aussi gagner en anticipation et en flexibilité. Pouvoir modifier la destination d’une tournée […], ce qui n’est pas possible aujourd’hui. » Ce progrès voulu dans le marché public des transports dits « adaptés » sera d’abord mis en place dans trois départements : les Yvelines, le Val-d’Oise et les Hauts-de-Seine. Ce marché, très vaste, est estimé à 58 millions d’euros. Grâce aux économies rendues possibles par la mutualisation, le gain possible pourrait atteindre 20 à 25 % de cette enveloppe globale. À eux seuls, les Hauts-de-Seine représentent 800 élèves, qui sont transportés vers 218 établissements scolaires par 48 sociétés. Cela représente un coût de 8 millions d’euros. Le STIF veut aussi améliorer la qualité de ses services en simplifiant les démarches des familles, en leur évitant la contrainte de chercher un chauffeur et d’avoir à se faire rembourser. Il veut également empêcher que certaines sociétés de chauffeurs prennent des libertés avec l’organisation des tournées, ce qui se fait au détriment du bien-être des enfants. Il effectuera donc plus de contrôles, et imposera des pénalités si nécessaire. Laurent Probst a précisé : « Les entreprises auront davantage de visibilité pour gérer leurs équipes, et les familles pourront conserver leurs chauffeurs, ce qui est un gage de stabilité rassurant. » Enfin, ce marché a été organisé pour favoriser les PME.

Le transport scolaire classique est aussi inclus dans l’activité du STIF. Ainsi, il permet à 45.000 élèves d’être acheminés par des bus. Le STIF subventionne également, avec le Conseil régional d’Île-de-France, la carte imagine R, avec lequel il est possible de voyager tous les jours en transports en commun sur tout le réseau francilien, de façon illimitée et en bénéficiant d’un tarif très attractif. Cette carte permet à des milliers d’élèves de se déplacer dans toute la région à des conditions avantageuses.