Le « surtourisme » : des effets néfastes à limiter d’urgence

0
165
surtourisme-effets

Le « surtourisme » : des flux qui doivent être mieux contrôlés.

Face aux dégâts causés par la fréquentation de masses de touristes trop abondantes, les professionnels du secteur commencent à réagir et à s’organiser, afin d’apaiser les conflits naissants.

surtourisme-effetsL’essor du tourisme mondial est tel qu’il atteindra un chiffre critique en 2030 : à cette date, 1,8 milliard de voyageurs arpentera toute la planète. À l’évidence, cette croissance doit d’urgence être régulée, dans un espace de vie qui n’est pas indéfiniment extensible. Le développement considérable des compagnies aériennes low cost, associé à l’arrivée sur le marché d’un tourisme de masse envahissant, pratiqué par de nouveaux pays, comme la Chine et l’Inde, a totalement changé la donne en matière de fréquentation touristique. Déjà, des lieux emblématiques comme Venise, ville survisitée, a limité son accès aux paquebots géants de croisière, devenus dangereux pour son environnement. Dubrovnik a également pris des mesures pour encadrer le nombre de ses visiteurs. Pour qu’une « tourismophobie » ne s’installe pas rapidement, le secteur doit désormais mettre en place de nouveaux processus de fonctionnement. Les voyagistes sont bien conscients du malaise qui enfle dans certaines zones géographiques. Pour l’enrayer, ils s’efforcent maintenant d’orienter leur clientèle vers de nouveaux lieux à visiter, ce qui constitue un début de solution.