Les compteurs Linky : des boîtiers qui ne sont pas toujours bien vus

0
627
Les compteurs Linky sont des boîtiers communiquants qui collectent énormément de données.
Les compteurs Linky sont rejetés par certaines communes.

Les compteurs Linky : certains maires s’y opposent.

A ce jour, 15 millions de compteurs Linky, dits « intelligents », ont été installés en France, dans environ 11.000 communes. Ce chiffre représente environ la moitié de l’objectif que s’est fixé Enedis. Malgré un silence relatif autour de ces nouveaux compteurs « communiquants », certaines communes s’élèvent contre leur installation.

Un mouvement naissant

Parfois, les craintes engendrées par ces appareils entraînent des arrêtés ou des motions, déférées devant les tribunaux administratifs. Ces démarches réclament l’arrêt de la pose des compteurs Linky. Ces demanches sont soutenues par des avocats. Ils souhaitent l’abandon de la mise en place effectuée par Enedis. Au minimum, ces procédures veulent obtenir le droit pour les usagers de refuser chez eux ces compteurs. Très récemment, 120 personnes ont exprimé leurs inquiétudes au tribunal de Paris sur l’usage qu’Enedis pourrait faire des données que recueillent ces appareils. Pour l’instant, les procédures déclenchées n’ont rien obtenu de concret.

Des dangers possibles

Les compteurs Linky ne font pas l'unanimité auprès des usagers.
Les compteurs Linky inquiètent, à différents niveaux.

La CNIL juge effectivement cette collecte de données « particulièrement intrusive ». En effet, elle peut fournir des informations d’ordre privé sur les abonnés. Il y a un an, la CNIL a donc pointé du doigt ce risque potentiel. En plus d’une utilisation indésirable d’informations, non-contrôlable, un risque pour la santé des abonnés pourrait s’ajouter. Il pourrait être causé par les courants utilisés par Enedis. Ces derniers génèrent des radiofréquences spécifiques, entre entre 35 et 95 kHz. Or celles-ci pourraient constituer un danger pour les habitants hébergeant des compteurs Linky. L’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire, l’Anses, a donc émis des réserves sur les conséquences méconnues de ces fréquences. Pour éviter tout risque, l’installation de filtres spéciaux pourrait être nécessaire.

Des précautions souhaitables

Les craintes soulevées par le rejet des compteurs Linky de certains particuliers sont donc à prendre en considération. A terme, elles pourraient contraindre Enedis à laisser le choix à ses clients du type de compteur qu’ils souhaitent voir installé chez eux. Par ailleurs, expliquer clairement aux consommateurs comment seront utilisées les informations collectées via les compteurs Linky permettrait de dissiper certaines craintes. En effet, si 35 millions de compteurs intelligents sont déployés en France comme prévu, ils collecteront énormément d’informations. En une seule année, cela pourrait représenter environ 1.800 milliards de lignes de données.