Marasme du Brexit : une situation de crise interminable

0
2631
Cropped Le Marasme Du Brexit Resemble De Plus En Plus A Un Feuilleton Trop Long

Marasme du Brexit : un nouveau vote crucial

Combien de temps le marasme du Brexit va-t-il encore durer ? Un troisième report est-il vraiment envisageable ? Si aucun accord n’est conclu entre le Royaume-Uni et l’Union européenne avant le 19 octobre, un nouveau délai de trois mois pourrait être accordé. Mais pour en faire quoi ?

Une position intenable

A Londres, la position du Premier ministre Boris Johnson n’a jamais été aussi inconfortable. En effet, après avoir perdu sa majorité, Boris Johnson a été désavoué et même lâché par son propre frère. Malgré tout, en soumettant une motion de la dernière chance aux députés britanniques, il espère obtenir coûte que coûte des élections législatives anticipées. Mais vu le marasme du Brexit qui perdure en Angleterre, rien n’est gagné. Pourtant, cette division profonde n’entame pas le désir du Premier ministre d’obtenir rapidement un Brexit sans accord, le 15 octobre. Jeudi dernier, Boris Johnson a déclaré qu’il préférait « être mort au fond d’un fossé » plutôt que de demander un report du Brexit.

Marasme du Brexit : une crise politique à rallonge

Pour que des élections anticipées aient bien lieu, il faudrait qu’une majorité des deux tiers des 650 membres de la Chambre des communes soit d’accord. Or, ils devront se prononcer sur une proposition qui reprendra les mêmes termes que la motion gouvernementale qu’ils ont rejetée mercredi dernier. Cette motion avait notamment échoué à cause de l’opposition des députés travaillistes. On doute qu’ils aient changé d’avis en si peu de temps.

Vers un énième report ?

Si le scénario d’un report était effectivement adopté, il faudrait qu’il le soit pour une raison constructive et justifiée. De plus, pour être validé, il devra être approuvé à l’unanimité par les 27 Etats membres de l’Union européenne. La future présidente allemande de la Commission, Ursula von der Leyen, a affirmé en juillet être « prête » à permettre ce choix « […] si davantage de temps était nécessaire ». Rappelons que la présidente doit prendre ses fonctions le 1er novembre prochain. Cependant, il faudra que ce report ait un sens. Il devra avoir des chances de faire enfin sortir du marasme du Brexit. De fait, la Commission européenne commence à être lassée d’une situation qui s’enlise. Comme l’a déclaré récemment Amélie de Montchalin, la secrétaire d’Etat française aux Affaires étrangères, « Il faut que [les Britanniques] sachent nous dire ce qu’ils veulent. »

Des conséquences financières angoissantes

L'hypothèse d'un Brexit "dur" représente une menace pour le Royaume Uni.
En cas de No deal, le Royaume-Uni devra affronter des conséquences financières majeures.

En cas de No deal, les milieux économiques ne cachent pas leur vive inquiétude concernant le marasme du Brexit. Il pourrait entraîner une chute conséquente de la livre sterling. En effet, avec un scénario de Brexit « dur », le Royaume-Uni pourrait subir un réel affaissement de ses exportations. Entre autres, à cause du rétablissement des droits de douane. Avec lui, des pénuries pourraient apparaître en Angleterre. Notamment concernant l’essence, les médicaments et certains produits alimentaires. Cela pourrait conduire le pays à une forte inflation, voire pire, à une récession. Déjà, depuis le référendum sur le Brexit de 2016, la livre a perdu 15 % de sa valeur. Si ce bouleversement majeur avait lieu, Boris Johnson serait alors forcé de renégocier avec les autre pays européens de nouvelles relations commerciales. Or, ce séisme économique pourrait coûter des milliards. Avec des conséquences qui risqueraient ensuite de durer des années.

Quelle sortie de crise ?

Pour l’instant, la confusion sur l’issue du marasme du Brexit demeure totale. Ce, malgré les pauses pseudo-conquérantes de Boris Johnson sur l’obtention prochaine d’un accord. De fait, d’après tous les experts, aucune négociation allant dans ce sens n’est actuellement en cours à Bruxelles. Alors, le choc du No deal tant souhaité par Boris Johnson aura-t-il lieu ? Les heures qui viennent pourraient être décisives sur cette question.