Médicaments en accès libre : de fortes augmentations enregistrées

0
2100
Sur 10 ans, l'augmentation des médicaments sans ordonnance est considérable.
L'augmentation des médicaments vendus sans ordonnance est considérable.

Médicaments en accès libre : un bond moyen proche des 10 %

Les médicaments en accès libre, vendus sans ordonnance, sont autorisés en France depuis une dizaine d’années. D’après une étude annuelle, réalisée par l’association nationale de consommateurs Familles Rurales, les prix de ces médicaments ont considérablement augmenté. Or, à l’origine, cette libéralisation avait été permise pour les rendre moins chers. Censés améliorer le pouvoir d’achat des Français, ils produisent aujourd’hui l’effet inverse.   

Des écarts considérables

Selon l’observatoire des médicaments créé par Familles Rurales en 2010, la hausse moyenne des médicaments en accès libre, dits « OTC », est aujourd’hui de 9 %. Dans certains cas, leurs tarifs peuvent même varier du simple au triple, selon les pharmacies. Ainsi, l’écart constaté entre les prix sur Internet et ceux des officines peut atteindre 190 %. Les prix les plus élevés sont ceux enregistrés dans les pharmacies physiques. Toutefois, les frais de port inhérents à Internet modifient un peu cet écart. Par ailleurs, les deux hausses successives de TVA, en 2012 et en 2014, ont fait passer les médicaments en accès libre de 5,5 % à 7 %, puis de 7 % à 10 % De fait, ces mesures ont encore majoré leur augmentation.

Quelques exemples courants

Les médicaments les plus courants sont touchés par cette hausse globale. Par exemple, en neuf ans, de simples pastilles contre la toux (Strepsils) ont bondi de près de 20 %. Depuis 2010, un anti-inflammatoire comme le Nurofen a subi une majoration de 25 %. Quant au Maalox, pour apaiser les aigreurs d’estomac, il a progressé de 12 %.

Un manque d’informations généralisé

Autre phénomène négatif concernant ces médicaments spécifiques, ils sont trop souvent vendus sans informations claires, fournies aux consommateurs. La vente en ligne a renforcé cette tendance à ne donner aucun conseil précis d’utilisation. En effet, les sites qui les proposent ignorent fréquemment les règles, pourtant recommandées, d’accompagnement des usagers. Ainsi, dans 30 % des cas, aucun questionnaire n’est proposé aux clients pour qu’ils puissent vérifier une éventuelle contre-indication avec leur état de santé.

Ventes physiques des médicaments en accès libre

Les médicaments en accès libre ont des prix trop variables.
Les médicaments courants, en accès libre, ont beaucoup augmenté.

Dans les officines, ce constat n’est pas meilleur, puisque 75 % des boîtes proposées sont vendues sans étiquette affichant leur prix. De plus, la moitié de ces produits est rangée derrière le comptoir du pharmacien, donc inaccessible. Enfin, les campagnes publicitaires dédiées à ces médicaments en accès libre sont de plus en plus agressives. Elles ont tendance à minimiser les risques potentiels liés à leur utilisation.

Un encadrement plus strict et des sanctions

A l’issue de cette enquête alarmante, l’association Familles Rurales a demandé aux pouvoirs publics de mettre en place des sanctions pour les professionnels de santé qui ne respectent pas les droits des patients. En effet, cette carence peut, dans certains cas, mettre leur vie en danger. Car les médicaments ne sont pas des produits anodins. De plus, Familles Rurales réclament que les pharmaciens soient obligés d’informer clairement les consommateurs sur les prix qu’ils pratiquent.