Mise en place du RGPD : après un an d’existence, un bilan révélateur

0
1395
La CNIL a reçu de nombreuses plaintes d'internautes après la mise en place du RGPD.
La CNIL a reçu de nombreuses plaintes, suite au RGPD.

Mise en place du RGPD : la CNIL a reçu de nombreuses plaintes

La mise en place du RGPD, le Règlement Général sur la Protection des Données, est entrée en vigueur il y a près d’un an, le 25 mai dernier. Suite à ce nouveau dispositif, la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés, la CNIL, vient de publier un rapport édifiant. Celui-ci date du lundi 15 avril. Son bilan révèle une très forte augmentation des plaintes déposées. En effet, l’année dernière, avec près de 11.100 plaintes enregistrées, la hausse constatée dépasse les 32 %. Soit un nombre record.

Un focus sur les données personnelles

Dans son rapport, la CNIL constate que plus de 35 % des plaintes qu’elle a reçues concernent la diffusion non-désirée de données personnelles sur Internet. Ainsi, suite à la mise en place du RGPD, la Commission a traité près de 380 demandes de suppression de données privées sur le Net. Plus précisément, d’informations directement liées à l’identité des plaignants. A savoir, outre leurs noms, prénoms et adresses, des photos, des vidéos ou des discussions que ces internautes souhaitent ne plus voir diffusées. Par ailleurs, environ 20 % de ces plaintes ont eu pour cadre la communauté européenne. Au total, la CNIL a enregistré 1.170 notifications de violations de données. Dans leur ensemble, ces signalements sont considérés comme des atteintes à la confidentialité, en rapport avec la vie privée. Pour pouvoir y répondre, 51.000 organismes dédiés ont nommé un Délégué à la Protection des Données (DPO). Par conséquent, la mise en place du RGPD a fait bouger les lignes.

Un afflux considérable de plaintes

la mise en place du RGPD une protection renforcée des données privées
LE RGPD doit servir à mieux protéger les internautes.

Aujourd’hui, la CNIL est présidée par Marie-Laure Denis. Précédemment, madame Denis a travaillé à l’ARCEP et au CSA. Comparativement à l’année 2017, la Commission a enregistré une hausse de 22 % dans les plaintes qu’elle recevait habituellement. En moyenne, cela représente 520 appels par jour, avec un total de près de 190.000 appels reçus. Par ailleurs, la CNIL a aussi traité près de 284.000 questions qui nécessitaient une réponse liée à sa compétence. Ce chiffre représente un bond de près de 60 %, par rapport à ses requêtes annuelles. Enfin, sur son propre site, la CNIL a enregistré 8 millions de visites. Ce total correspond à une hausse de 80 % de son trafic classique, constaté en 2017.

Un rôle à renforcer

Jusqu’à présent, suite aux plaintes qu’elle a traitées, la CNIL a envoyé 49 mises en demeure. Les secteurs concernés par ces procédures étaient principalement ceux des assurances et des sollicitions publicitaires ciblées. De plus, l’autorité indépendante a prononcé 11 sanctions. Parmi elles, dix étaient d’ordre financier. La mise en place du RGPD a donc entraîné une réelle prise de conscience des enjeux liés à la protection des données privées. Aussi bien chez les particuliers que chez les professionnels. L’augmentation des plaintes formulées est donc logique. Désormais, pour la CNIL, l’année 2019 devrait servir à « […] crédibiliser le nouveau cadre juridique et transformer cet ambitieux pari européen en succès opérationnel. »