Modération sur les réseaux sociaux : Twitter doit s’améliorer

0
2264
La modération sur Twitter doit nettement s'améliorer.
Twitter doit mieux surveiller les contenus de ses messages.

Modération sur les réseaux sociaux : pour bloquer les contenus inacceptables

La modération sur les réseaux sociaux est un sujet qui fait régulièrement polémique. Cédric O, nouveau secrétaire d’État au Numérique, a pointé du doigt ce lundi les carences de Twitter en la matière. Invité par Europe 1, Cédric O a épinglé les effectifs trop restreints de Twitter, comparativement à ceux employés par Facebook. En effet, les modérateurs du réseau de Mark Zuckerberg sont jusqu’à six fois plus nombreux que ceux qui surveillent les tweets.

Une surveillance insuffisante

Depuis sa création, en 2006, Twitter n’a toujours pas réussi à mettre en place une solution satisfaisante pour contrôler correctement ses contenus mis en ligne. Résultat, le réseau de Jack Dorsey laisse toujours passer de très nombreux contenus haineux, racistes et illégaux. Un échec qui fait tache dans la modération sur les réseaux sociaux. 

Des moyens trop limités

Le comparatif entre Twitter et Facebook est sans appel. Alors que Twitter n’emploie que 4.000 à 5.000 employés, Facebook consacre aujourd’hui 30.000 personnes à la modération. Ainsi, malgré ses 13 ans d’ancienneté, cela montre que Twitter ne s’est toujours pas donné les moyens d’implanter une équipe de modérateurs efficaces. Pourtant, limiter la diffusion de propos haineux ou choquants sur le Net est une obligation légale. De même, bloquer le cyberharcèlement ou surveiller les fake news sont des mesures indispensables. Elles sont les seules qui permettent aux plateformes numériques d’assumer leurs responsabilités.   

Une critique claire

Il n'y a pas assez de modérateurs sur Twitter.
La modération des tweets n’est pas garantie par Tweeter.

Lors de son interview, Cédric O est revenu sur la notion de responsabilité des plateformes du Web, qu’il juge essentielle. Sur ce point, le secrétaire d’État au Numérique a clairement déclaré : « Il y a une responsabilité particulière des plateformes, eu égard au fait qu’elles accélèrent les contenus, c’est-à-dire qu’elles mettent certains contenus en avant, qu’elles éditorialisent une partie des contenus. Il a poursuivi : « Elles doivent se mettre en position de contrôler ou de retirer, dès lors qu’il y aurait une accélération particulière d’un contenu proprement illégal. »

Une opportunité pour se rattraper

A la veille du G7 Numérique, et du sommet Tech For Good, qui se tiendra demain à Paris, espérons que Twitter sera stimulé par cet événement. En effet, il est urgent maintenant que le réseau social prenne des mesures efficaces pour nettoyer ses contenus. Ainsi, il nous prouverait qu’il est enfin entré dans l’âge de la maturité. En respectant les responsabilités liées à la modération sur les réseaux sociaux.

Le Bulletin des Communes suggère aussi de lire l’article de Challenges :