Modification des retraites : le problème de l’âge de départ reste central

0
3963
Cropped La Ge Le Gal Du De Part A La Retraite Aborde Avec La Modification Des Retraites Fait Toujours De Bat

Modification des retraites : d’âpres débats en perspective

La modification des retraites, concentrée dans un nouveau « système universel », prévu en 2025, bute toujours sur l’âge officiel de départ. En effet, l’ambiguïté entretenue par l’exécutif, entre l’âge légal de 62 ans et l’âge d’équilibre de 64 ans, constitue un point discordant qui braque les syndicats.

La retraite oui, mais à quel taux ?

En martelant que l’âge légal de départ à la retraite sera maintenu à 62 ans, le haut-commissaire Jean-Paul Delevoye espère minimiser le fait que seul l’âge d’équilibre, donc 64 ans, permettra de bénéficier d’une retraite sans décote. Une figure de style, destinée à faire passer l’une des pilules les plus dures de la modification des retraites. De fait, c’est précisément cette baisse de pension, appliquée à ceux qui partiront à 62 ans, que les syndicats pointent du doigt. Cette contestation surprend à peine, vu le peu de retraités qui acceptent l’idée d’abandonner un pourcentage de leur pension, en partant dès l’âge légal. En effet, qui apprécie vraiment de se passer d’une retraite à taux plein ?

Un système d’incitation-dissuasion

L'âge de départ à la retraite, mais sans subir de décote, fait toujours débat aujourd'hui.
L’âge réel de départ à la retraite provoque un rejet de la part des syndicats.

Pour être clair, si le système de décote-surcote, propre à la modification des retraites, était véritablement adopté, il entraînerait une baisse de 10 % des pensions pour ceux qui voudraient partir dès l’âge légal. De plus, cette décote serait de 5 % pour ceux qui partiraient à 63 ans. A l’inverse, pour ceux qui n’arrêteraient de travailler qu’à 65 ans, une majoration de 5 % serait alors appliquée. Mieux, cette « prime » serait même de 10 % pour ceux qui partiraient à 66 ans. Un choix très personnel, qui dépend bien sûr de la situation de chacun, mais aussi beaucoup de l’état de santé. Cependant, pour l’instant, Jean-Paul Delevoye défend le principe que l’âge du taux plein doit évoluer avec l’espérance de vie. Ainsi, d’après les estimations actuelles, cet âge devrait être de 65 ans et 5 mois pour la génération 1980. Pour celle de 1990, il devrait atteindre 66 ans et 3 mois. Evidemment, le patronat est favorable à ce calcul.

Modification des retraites : de futures concertations prévues

Aujourd’hui, certains syndicats craignent que la modification des retraites prévue serve ensuite à modifier défavorablement d’autres paramètres du régime actuel des retraites. Par exemple, en allongeant la durée des cotisations, ou en instaurant des décotes tous azimuts. Tout cela, avec pour seuls objectifs de faire faire des économies au Gouvernement. Ce, dès que possible. Afin de faire progresser les concertations en cours, Edouard Philippe recevra les partenaires sociaux les 5 et 6 septembre prochains.

Le Bulletin des Communes suggère aussi de lire l’article du Monde :