Lutte contre les fake news : Microsoft aide à faire le tri

0
677
Le navigateur Microsoft Edge aide à détecter les fake news.
Les fake news polluent la véritable information.

Lutte contre les fake news : de nouveaux outils

La lutte contre les fake news s’organise progressivement. Récemment, Microsoft a ajouté dans son navigateur Edge un nouvel outil. Pour l’instant, il n’est automatiquement activé que sur sa version mobile. Une version Web existe aussi, mais elle est optionnelle. Baptisé NewsGuard, cet outil aide les internautes à sélectionner les sites, pour savoir s’ils sont dignes de confiance ou pas. Ainsi, NewsGuard note la fiabilité des sites visités. En cas de désinformation manifeste, le site concerné est signalé.

NewsGuard propose une grille de code couleurs

NewsGuard donne ses appréciations avec un code couleurs. Si celui-ci est vert, le site est jugé fiable. A l’inverse, s’il est noté en rouge, il faut s’en méfier. En effet, son contenu peut être partial, exagéré, voire totalement faux. La couleur grise indique qu’un site n’a pas encore été évalué. En cas de couleur jaune, cela indique qu’un site aborde l’actualité sous l’angle de l’humour. Ce qu’on y trouve est donc laissé à l’appréciation de l’internaute.

Un collectif évaluateur

Microsoft n’effectue pas lui-même les appréciations qu’il donne. Il confie cette tâche au collectif Newsguard, composé de journalistes et d’universitaires. Ce sont eux qui apprécient la fiabilité des sites, à partir de critères objectifs. Ainsi, ils vérifient si les auteurs des articles sont connus, s’ils ont un financement officiel, si les publications comportent des erreurs, si elles sont corrigées, etc. La grille d’analyse appliquée par Edge, sous iOS et Android, à travers NewsGuard, fonctionne sur le même modèle que Décodex. Ce système est déjà utilisé par le journal Le Monde. Celui-ci s’en sert depuis 2017. Comme NewsGuard, il applique un code couleurs, qui évalue le sérieux des publications. Pour profiter de l’option Newsguard, les internautes doivent l’activer. Un choix volontaire donc, tout comme pour les lecteurs utilisateurs de Décodex, celui-ci étant proposé en option. Ces systèmes sont les premiers jalons de la lutte contre les fake news.

Les autres navigateurs

Le module NewsGuard est également accessible via les navigateurs les plus utilisés sur le Web. Par conséquent, les usagers de Mozilla Firefox, Safari d’Apple et Google Chrome y ont aussi accès. Cependant, les analyses faites aujourd’hui par Newsguard sont limitées aux sites américains. Ainsi, les publications françaises ne sont pas encore évaluées.

Des progrès en cours

Depuis environ trois ans, des stratégies sont mises en place pour lutter contre la désinformation, colportée par les fake news. Globalement, on observe que la vigilance progresse. Par exemple, Google applique désormais un label qui précise quand un article a été vérifié. Dans le même but, le projet CrossCheck a été développé. Conçu par First Draft et Google News Lab, il fonctionne en partenariat avec des rédactions qui travaillent dans toute la France. CrossCheck rassemble les analyses fournies par divers partenaires émanant de secteurs médiatiques, académiques et technologiques. De plus, il a une dimension nationale et internationale. Ce projet vérifie les sources des articles signalés par les internautes. Il a déjà permis de désamorcer des rumeurs qui circulaient sur le Net.

Une initiative participative

Enfin, les internautes eux-mêmes ont décidé de surveiller la qualité des sites consultables sur la Toile. Ainsi, l’extension pour navigateur Web of Trust (WOT), centrée sur la sécurité, signale aux utilisateurs les sites identifiés comme malveillants.