LE PARADOXE DES LOGICIELS ANTI-VIRUS ET DE CONTRÔLE PARENTAL

0
166

Alors que les anti-virus ont pour vocation de mettre à l’abri nos données, et que les systèmes de protection parentale sont destinés à empêcher les enfants d’accéder à des sites inappropriés, une étude menée par l’université Concordia à Montréal révèle que ses « protections » fragilisent souvent la sécurité des ordinateurs.

Cette étude dénonce un paradoxe préoccupant, en affirmant que les navigateurs d’origine qui sont intégrés par les constructeurs seraient suffisamment performants en matière de sécurité si on ne leur rajoutait pas de logiciels annexes, censés les rendre plus sûrs. En fait, l’effet obtenu serait souvent inverse de celui qui est recherché, et entraînerait en définitive une vulnérabilité accrue. Les chercheurs qui ont mené cette recherche ont demandé aux diverses sociétés spécialisées dans les produits sécuritaires de revoir leur copie, preuves à l’appui.