Pôles de compétitivité: rencontre mondiale en octobre à Lyon

0
387

Une rencontre mondiale de spécialistes des pôles de compétitivité se tiendra du 9 au 13 octobre à Lyon, en présence du ministre délégué à l’Industrie François Loos, selon un communiqué de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Lyon diffusé jeudi par le ministère de l’Economie.

Cette “rencontre mondiale des +clusters+ et pôles de compétitivité” réunira pendant cinq jours 400 participants – entrepreneurs, décideurs institutionnels, consultants, chercheurs – venus de plus de 40 pays qui pourront “échanger, confronter leurs expériences” et “débattre”, a précisé la CCI.

Après Hong-Kong en 2005, Ottawa en 2004, Göteborg en 2003, c’est la 9e conférence annuelle organisée à l’initiative de The Competitiveness Institute (TCI), un réseau international de spécialistes des pôles de compétitivité qui compte quelque 500 membres.

La rencontre aura pour thème “Gouvernance et implication des entreprises dans les démarches +clusters+” (terme anglais pour pôles de compétitivité).

Pour les acteurs français de la compétitivité, cette rencontre sera l’occasion de “donner une visibilité internationale aux initiatives françaises”, de “s’enrichir des expériences +clusters+ et de plus de 40 pays”. Elle permettra aussi d'”intégrer un réseau mondial pour favoriser les échanges et promouvoir l’innovation”, selon le communiqué.

La région Rhône-Alpes et Lyon “constituent une terre très fertile” pour les “clusters” et pôles de compétitivité, relève la Chambre de commerce. Les premiers “clusters” français ont été inaugurés en Rhône-Alpes dès la fin des années 90 et sont aujourd’hui au nombre de 7.

“Par ailleurs, la région qui recense 15 pôles de compétitivité, dont trois au niveau mondial, se positionne comme la plus dynamique en France”, selon le communiqué.

François Loos, ministre délégué à l’Industrie, et Christian Estrosi, ministre délégué à l’Aménagement du Territoire, avaient dressé la semaine dernière un premier bilan des 66 pôles de compétitivité français, jugeant qu'”un an après leur labellisation, les premiers objectifs fixés” étaient “largement atteints”.

Ces pôles ont l’ambition de renforcer la place de la France en matière d’innovation. Ils visent à mettre en réseau entreprises, centres de formation et unités de recherche publiques ou privées autour d’un projet innovant, notamment dans les domaines des technologies de l’information et de la communication, l’énergie, la santé, les biotechnologies, l’aéronautique et les transports.