Radar anti-bruit : pour sanctionner les motards qui abusent

0
3877
Cropped Un Radar Anti Bruit Pour Limiter Les De Cibels Des Motos Est En Phase De Test

Radar anti-bruit : un nouveau dispositif en test

Dans les Yvelines, un nouveau radar anti-bruit est à l’essai. A terme, il devrait sanctionner les motards trop bruyants. Bruitparif, l’observatoire du bruit en Ile-de-France, est à l’origine de ce radar sonore.

Limiter les agressions sonores

Depuis peu, un nouvel outil qui mesure l’intensité des décibels des motos est actif sur la D91. Précisément à Saint-Forget. Son but est de limiter la circulation des véhicules qui produisent des bruits trop agressifs. Notamment, à l’occasion de courses dites « sauvages ». Surnommé Méduse, ce radar anti-bruit comporte quatre micros très sensibles. Ils se trouvent le long d’un capteur, capable de mesurer le bruit dix fois par seconde. De plus, ce dispositif contient un appareil photo qui peut prendre des clichés toutes les quinze minutes. En revanche, pour l’instant, il ne peut pas encore reconnaître les numéros des plaques d’immatriculation.

De nouveaux contrôles

Volontairement, ce nouveau type de radar anti-bruit est à l’essai sur une portion de route très populaire chez les motards. Ainsi, chaque week-end, des centaines de motos utilisent ce tronçon. Il devient alors trop bruyant. En effet, des mesures ont relevé jusqu’à 450 pics sonores par jour, à cet endroit précis. Fanny Mietlicki, la directrice de Bruitparif, a dernièrement expliqué au journal Le Parisien que la réglementation de la vitesse devait aussi s’étendre au bruit.

Après la vitesse, le bruit

Les motos trop bruyantes pourraient bientôt être sanctionnées.
Un nouveau dispositif teste actuellement le bruit des motos pour le limiter.

Pour l’instant, aucun système de verbalisation des excès de bruit n’existe véritablement. Pour les motos, la réglementation actuelle prévoit qu’elles ne doivent pas dépasser un seuil compris entre 80 et 97 décibels, suivant leur puissance. Néanmoins, la répression des motos trop bruyantes reste encore à définir. Cependant, plusieurs sociétés pensent déjà pouvoir fournir un système capable de relever le numéro d’une plaque d’immatriculation. Celui-ci pourra ensuite émettre une contravention ciblée. En attendant, l’association Bruitparif a prévu d’installer des panneaux électroniques anti-bruit, similaires à ceux existant pour signaler la vitesse. Ces nouveaux panneaux signaleront aux conducteurs que leur véhicule est trop bruyant.

Des tests complémentaires

Méduse, le radar anti-bruit, va bientôt être aussi testé à Paris et à Villeneuve-le-Roi, dans le Val-de-Marne. Ainsi, ses capacités à détecter des nuisances sonores seront évaluées sur différents sites. Globalement, ce dispositif pourrait être actif pendant 18 mois, avant que son usage ne soit définitivement validé.

Le Bulletin des Communes suggère aussi de lire les informations sur le site Démarches Administratives :