La RATP utilise les nouvelles technologies pour améliorer ses bus

0
781
ratp-bus-idf

La RATP soucieuse de l’environnement.

Depuis plusieurs années, la Régie Autonome des Transports Parisiens  (RATP) affirme son envie d’évoluer en testant différentes solutions techniques pour améliorer à la fois ses services, mais aussi en contribuant à la qualité de l’environnement de la région.

Dès qu’elle l’a pu, la Régie a inauguré des bus à consommation hybride, puis a mis en service des véhicules 100 % électriques. Ouverte aux innovations technologiques, elle a récemment lancé une nouvelle navette autonome électrique fonctionnant sans chauffeur. Pour poursuivre ses efforts en la matière, elle vient de commander au groupe Bolloré 20 nouveaux bus à vocation écologique, pour intensifier sa position de société soucieuse de protéger la santé des Franciliens. L’un des porte-paroles de la Régie a récemment déclaré : « Pour l’instant, nos bus ne se chargent que la nuit dans les dépôts, pour ne pas puiser dans le réseau la journée. […] L’idée est de pouvoir utiliser un même bus plus longtemps, avec au moins 180 km d’autonomie. Il faut pour cela trouver un moyen de les recharger plus souvent. » Pour permettre d’effectuer des ravitaillements partiels, la RATP va maintenant tester la possibilité de recharger les bus électriques lorsqu’ils se trouvent stationnés à leurs terminus, car ils y restent suffisamment longtemps. Pour effectuer ce test, 10 premiers véhicules disposeront d’un « pantographe inversé », autrement dit d’un bras mécanique qui sera placé au-dessus d’eux pour permettre de les alimenter en courant. Dans l’intervalle, dix autres bus seront rechargés de façon classique, de façon à comparer ensuite le moyen le plus efficace de les réapprovisionner en énergie et de mesurer quels véhicules possèdent la meilleure autonomie. Le Syndicat des Transports d’Île-de-France (STIF) a précisé : « Ces expériences permettent aussi de disposer d’une palette de technologies que l’on peut choisir en fonction de la typologie des lignes. […] On sait par exemple que les bus hybrides, qui se rechargent lorsque le véhicule ralentit, fonctionnent très bien sur les lignes plutôt parisiennes, là où les bus s’arrêtent tous les 500 mètres. ». Pour des lignes dont le trajet est plus long, l’utilisation du biogaz semble actuellement mieux adapté. Par ailleurs, la RATP souhaite aussi tester la qualité de véhicules provenant d’autres constructeurs européens, comme Irizar en Espagne, ou Solaris en Pologne. Elle essaiera même ceux de l’entreprise chinoise Yutong. Afin de respecter la loi sur la transition énergétique, le transporteur francilien s’est fixé pour objectif de disposer en 2025 d’un parc de véhicules 100 % écologiques. Il devrait être composé à 80 % de bus électriques et à 20 % de bus utilisant le biogaz. Pour y parvenir, la RATP lancera l’année prochaine un appel d’offres destiné à renouveler son parc de 4.500 bus.