Réforme des retraites : un âge de départ qui reste imprécis

0
3092
La réforme des retraites soulève déjà de nombreuses interrogations.
La future réforme des retraites remet en cause l'âge légal de départ.

Réforme des retraites : une ambiguïté persistante

La réforme des retraites n’a toujours pas établi un recul officiel de l’âge de départ. Cependant, le Premier ministre a évoqué mercredi dernier des « incitations » à venir, destinées à « encourager » les Français à rallonger la durée de leur carrière. Tout en assurant que l’âge légal de 62 ans resterait inchangé.

Travailler plus longtemps

Le récent discours de politique générale d’Edouard Philippe a abordé la future réforme des retraites. Elle devrait modifier le système de retraite universel par points. A cette occasion, le Premier ministre a maintenu que le Gouvernement conservera l’âge de départ à 62 ans. Néanmoins, il n’a pas caché que les Français seront incités à travailler plus longtemps. Pour expliquer cette nuance, Edouard Philippe a exposé la différence entre l’âge légal et « l’âge d’équilibre ». Une démonstration qui reste floue, mais qui établit un distinguo entre ces deux âges. En fait, l’âge dit « d’équilibre » sera celui à partir duquel l’ensemble des départs à la retraite ne sera pas une menace pour l’équilibre global du régime. En clair, les salariés actifs qui attendront plus longtemps bénéficieront d’avantages. Autrement dit, une pension de retraite supérieure, grâce à l’application d’une surcote.

Une incitation sous-entendue par la réforme des retraites

Pour l’instant, le sujet délicat d’une baisse possible des retraites des salariés qui préféreront partir tôt n’a pas été évoqué. Néanmoins, on observe que depuis le début de l’année, les retraites complémentaires subissent déjà un système de bonus-malus. En effet, les salariés qui décident de prendre leur retraite dès 62 ans voient leur pension abaissée de 10 % durant les trois premières années.

Des craintes des deux côtés

Les travailleurs seniors vont sans doute devoir travailler plus longtemps.
La réforme des retraites laisse transparaître un recul de l’âge légal de départ.

Interrogés sur les capacités des travailleurs seniors, 60 % des employeurs expriment des doutes. En effet, selon une étude menée par l’institut de sondages Harris Interactive sur la réforme des retraites, une majorité de dirigeants d’entreprises sont inquiets. De fait, beaucoup considèrent que les salariés plus âgés risquent d’être plus souvent malades. Par conséquent, cela risque d’augmenter les frais dus à l’absentéisme. Cependant, certains employeurs admettent qu’il faut aborder ce problème au cas par cas. Une future prolongation de la durée du travail est une perspective qui inquiète également 34 % des salariés interrogés. Pour qu’il soit représentatif, ce sondage a été effectué sur des travailleurs de tous âges. Au final, les deux principales craintes qui ressortent de cette étude sont l’affaiblissement physique et les compétences plus actuelles des travailleurs plus jeunes.

Atouts et handicaps

Dans l’ensemble, les employeurs qu’on interroge sur les atouts des travailleurs seniors admettent que leur expérience est un plus. De plus, ils sont généralement capables d’autonomie, et de mieux relativiser les problèmes professionnels qu’ils rencontrent. En revanche, ces avantages peuvent être altérés par un manque de souplesse face aux évolutions de leurs métiers. Par ailleurs, ils sont souvent moins à l’aise lorsqu’ils doivent utiliser les nouvelles technologies.