Réformes fiscales : des mesures surtout favorables aux plus aisés

0
5749
Les réformes fiscales de 2018 ont surtout profité aux Français les plus riches.

Réformes fiscales : des avantages finalement très ciblés

Finalement, les récentes réformes fiscales qui ont supprimé l’ISF et instauré le Prélèvement Forfaitaire Unique (PFU) n’ont profité qu’aux 10 % des Français les plus aisés. Et encore, à peine. Ce constat sans appel est confirmé par l’étude de l’Insee « France, portrait social » qui vient juste de paraître.

Des mesures en faveur d’une minorité de Français

Heureusement, l’analyse faite dans « France, portrait social » démontre qu’à côté de ce bilan, très élitiste, les réformes fiscales appliquées en France en 2018 ont aussi augmenté le niveau de vie de l’ensemble de la population. Ce, à hauteur de 1,1 %. Cependant, selon le très sérieux Institut, ce sont à peine 10 % des Français qui ont le plus bénéficié d’un meilleur niveau de vie. Cela, grâce au remplacement de l’Impôt de Solidarité sur la Fortune par l’Impôt sur la Fortune Immobilière. Enfin, ce gain a encore été renforcé par la mise en place du Prélèvement Forfaitaire Unique. Celui-ci a été de 30 % sur les revenus du patrimoine. Au final, pour les 350.000 ménages concernés, la suppression de l’ISF a bien augmenté leurs revenus disponibles de 3,44 milliards d’euros.

Des réformes favorables à certains

Les réformes fiscales de 2018 ont profité à environ 10 % des Français. Les plus aisés.
Les réformes fiscales de 2018 ont surtout profité à environ 10 % des Français. Les plus aisés.

En moyenne, sur l’année, le bénéfice enregistré pour les contribuables les plus riches a donc atteint près de 10.000 euros par foyer. Concrètement, cette embellie s’est matérialisée, en calcul pondéré, par un gain d’environ 500 euros, pour la frange des Français les plus aisés. Pour les plus riches d’entre eux, soit 5 % de la population, l’analyse de l’Insee confirme « En haut de l’échelle […], le gain est concentré sur les 5 % des personnes les plus aisées, avec 820 euros en moyenne par an. » Toutefois, la réforme de l’ISF a malgré tout pénalisé environ 10.000 ménages. Ce, à cause « […] de la perte de la réduction PME, ou de la non-déductibilité du passif mobilier. » Parmi les réformes fiscales, une autre a aussi profité aux Français les plus favorisés. A savoir, l’application du Prélèvement Forfaitaire Unique. Celui-ci a entraîné une hausse du revenu disponible de certains ménages de 1,39 milliard d’euros. Au total, 4,4 millions de ménages ont ainsi été gagnants. Alors que 7,5 millions de foyers y ont perdu. Cependant, leur niveau de vie est resté stable.

Des inégalités mises en évidence

L’analyse de l’Institut national de la statistique et des études économiques confirme donc une amélioration du niveau de vie des 10 % des Français les plus riches. De fait, ces derniers ont gagné au minimum 270 euros par an et par ménage. Et pour les 5 % les plus aisés, prés de 500 euros par ménage, durant la même période. En conclusion, ces réformes fiscales ont mis à jour d’évidentes inégalités de niveau de vie. De quoi encore renforcer l’image qui colle à Emmanuel Macron de « président des riches ».