Reims veut valoriser ses activités économiques grâce à la Bioéconomie

Cathédrale de Reims

Cathédrale de Reims

Reims, ainsi que tout le territoire rémois, en se donnant les moyens de transformer ses ressources végétales, agricoles et ses déchets organiques, souhaite que la région Grand Est élabore plus de produits renouvelables. Notamment, grâce à la Bioraffinerie de Bazancourt-Pomacle. Celle-ci est déjà très active dans les secteurs de l’agriculture, de la cosmétique, de la chimie et de la bioénergie.

Reims : des États Généraux consacrés à la Bioéconomie

Le 7 juin dernier, cet événement a réuni à Châlons plus de 130 élus, professionnels et experts sur ce thème d’avenir. Cette assemblée a été un exemple réussi d’un effort productif, mené sur le territoire rémois. L’objectif de ces États Généraux était d’encourager de nouveaux échanges entre des acteurs régionaux, qui, parfois, se connaissent peu. Ainsi, des synergies nouvelles ont pu naître. Notamment entre des filières agricoles et forestières. Ainsi, elles ont pu rencontrer des industriels spécialisés dans le domaine de l’énergie. Cela a fait naître des projets de futurs partenariats. Par la suite, ces actions seront sans doute favorables au développement de la Bioéconomie dans la région Grand Est. De cette manière, une stratégie régionale plus cohérente pourra se mettre en place.

Reims : consciente d’un challenge à relever

Parc en Champagne dans la région de Reims

Dès à présent, la région possède de sérieux atouts pour réussir le pari de la Bioéconomie. Particulièrement dans la Marne. Le territoire rémois compte notamment des structures spécialisées, dans l’enseignement et la recherche, comme Planet A, experte en smartagriculture, ou TerraLab. Ainsi, la région peut compter sur des ressources à fort potentiel. Dernièrement, le vice-président Philippe Mangin a rappelé à la presse que la région Grand Est était : « […] parmi les premières régions de France en termes de biomasse et de méthanisation. » Son potentiel est donc bien présent. Fort de ce constat, animé par une énergie volontaire indéniable, le Grand Est devrait rapidement inaugurer de nouvelles initiatives efficaces. Celles-ci seront sans doute favorables à la Bioéconomie.