Rétablissement de la consigne : une pratique qui risque de coûter très cher

0
3416
Cropped Le Re Tablissement De La Consigne Symbolise Le Conomie Circulaire Pratique

Rétablissement de la consigne : une mesure à évaluer

Le rétablissement de la consigne est une mesure que le Gouvernement souhaite mettre en place en France. Cela, dès que possible. De plus, l’Union européenne approuve aussi les avantages écologiques de cet ancien système. En effet, il favorise l’économie circulaire. Cependant, parvenir à ce rétablissement pourrait générer des investissements très importants.

Un recyclage coûteux

Une première estimation a chiffré la création des futurs centres de tri qui permettrait le rétablissement de la consigne. Cette évaluation a révélé un total de plus d’un milliard d’euros. Dans cette somme, les seules machines pour collecter les bouteilles, en verre ou en plastique, coûteraient 800 millions d’euros. Néanmoins, pour le moment, ces chiffres restent des évaluations. D’ailleurs, ils n’ont pas encore reçu de validation. Pour l’Union européenne, rétablir le système de la consigne symbolise un plus grand respect de l’environnement. Notamment concernant les bouteilles en plastique. Idéalement, d’ici 2029, le retour de cette pratique vertueuse devrait permettre de recycler 90 % des bouteilles en plastique, après leur collecte.

Création d’une vingtaine de centres de tri

Le rétablissement de la consigne des bouteilles vides serait un geste citoyen.
En faisant renaître la pratique de la consigne, le Gouvernement veut faire un geste pour l’environnement.

A terme, pour rétablir le procédé de la consigne, un total de vingt centres de tri devraient être mis en activité sur le territoire. La société Citeo, spécialisée dans le recyclage des emballages et des papiers, a établi un premier rapport concernant ce projet. D’après celui-ci, le coût de fonctionnement brut du dispositif nécessaire devrait s’élever à 575 millions d’euro par an. De fait, cette somme devrait alors permettre de recycler 370.000 tonnes de bouteilles en plastique ainsi que des canettes. En comparaison, pour recycler 3,4 millions de tonnes d’emballages, le budget actuel de Citeo s’élève à 667 millions d’euros. Par conséquent, pour satisfaire les objectifs attendus par l’Union européenne sur le rétablissement de la consigne, ce procédé reviendrait à 1.550 euros par tonne, ce qui est énorme.

Une estimation à vérifier

Pour l’instant, le cabinet de Brune Poirson, secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, n’a pas validé cette estimation. D’ailleurs, avant de se prononcer sur ces coûts réels, un comité de pilotage doit étudier les contraintes qu’implique le rétablissement de la consigne. En attendant, le cabinet de Brune Poirson a juste fait savoir que ” […] les montants avancés par Citeo n’engagent absolument pas l’Etat.”